Logo MAPA Assurances
L'assureur dédié aux professionnels de l'alimentaire

Coronavirus Covid-19 : toutes les mesures de protection en cours

Publié le 13 mars 2020 - Modifié le 30 mars 2020 Par Mélina Cordier, Cédric Roirand

Femme portant un masque anti coronavirus et lavage de main

Depuis quelques semaines, le Coronavirus s’est propagé rapidement en France et sur plusieurs continents. Faisons le point sur cette menace pour la santé et l’activité économique.

  1. Les mesures prises par la Fédération Française de l'Assurance
     
  2. Les mesures prises par la MAPA
  3. L'essentiel en France
     
  4. Comment fonctionne le confinement ?
     
  5. Les commerçants et professionnels de l'alimentaire face au Coronavirus
  6. Les mesures réclamées par les organisations professionnelles
  7. Les mesures prises par le gouvernement et les organisations publiques
  8. Le Coronavirus Covid-19 (SARS-CoV-2) c’est quoi ?
     
  9. Comment attrape-t-on le Coronavirus Covid-19 ?
     
  10. Comment se protéger du Coronavirus et quelles précautions prendre ?
  11. Plateforme téléphonique

 

Les mesures prises par la Fédération Française de l'Assurance (FFA)

200 millions d'euros versés au Fonds de Solidarité

Pour protéger les personnes et les entreprises les plus impactées par le virus Covid 19 et dans le prolongement des mesures d’urgence, les membres de la FFA se sont engagés, lundi 23 mars, à contribuer à hauteur de 200 millions d’euros au Fonds de solidarité mis en place par les pouvoirs publics en faveur des TPE et des indépendants, des secteurs particulièrement touchés par les conséquences économiques, financières et sociales du virus Covid-19.

Cette mesure de soutien aux TPE et indépendants vient s’ajouter à l’engagement pris le 19 mars de conserver en garantie les contrats des entreprises en difficulté en cas de retard de paiement suite à la pandémie, et ce pour toute la durée de la période de confinement.

Les membres de la FFA (incluant la MAPA) s’engagent également à différer le paiement des loyers pour les PME et les TPE appartenant à l’un des secteurs dont l’activité est interrompue en application de l’arrêté du 15 mars 2020.

De plus, par solidarité avec les personnes fragiles (c’est-à-dire les personnes en affection de longue durée et les femmes enceintes), placées en arrêt de travail selon la procédure dérogatoire prévue aujourd’hui par la Sécurité Sociale, les assureurs prendront en charge, au titre des contrats, les indemnités journalières. Cette mesure, qui représentera une charge exceptionnelle pour le secteur, s’appliquera à compter de ce jour dans la limite de 21 jours d’arrêt de travail, dans les mêmes conditions qu’un arrêt de travail pour maladie prescrit par un médecin.

Enfin, les assureurs sont demandeurs pour participer à la réflexion à mener sur la création d’un régime de type assurantiel destiné à intervenir en cas d’une future catastrophe sanitaire majeure.

« Dans cette crise mondiale sanitaire et financière inédite, la priorité des assureurs est d’assurer la continuité de leurs activités pour protéger au mieux leurs clients. Les assureurs ont à cœur de prendre part au mouvement de solidarité nationale, aux côtés des pouvoirs publics, pour venir en aide aux personnes et entreprises les plus fragiles », a déclaré Florence Lustman, présidente de la Fédération Française de l’Assurance. « Il est de notre devoir à tous de nous inscrire dans ce mouvement d’union nationale pour sortir ensemble au plus vite de cette crise ».

 

Les mesures prises par la MAPA

Attention à la fraude !

Certains de nos sociétaires sont démarchés par des personnes se faisant passer pour la MAPA. Ils demandent le paiement de l'intégralité des cotisations par carte bancaire et téléphone.
Ces pratiques ne correspondent pas à celles de la MAPA !

Les tentatives en tout genre se multiplient ces dernières heures. En voici quelques exemples :

  • e-mails ou appels malveillants semblant provenir du Ministère de la Santé et autres autorités
  • e-mails malveillants usurpant l’identité des support d'aide technique
  • des fausses demandes RH liées à l’organisation du travail à domicile
  • des applications et sites malveillants supposés donner des renseignements sur la crise
  • des faux appels téléphoniques de support d'aide technique

Soyez très vigilants !

Nos conseillers restent disponibles !

Le gouvernement a demandé à ce que les assurances soient toujours disponibles (voir le décret) pour leurs clients.

Toutefois, afin d'assurer la sécurité sanitaire de nos sociétaires et de nos collaborateurs, et limiter la propagation du Covid-19, les agences MAPA restent fermées aux sociétaires.

Nos conseillers continuent donc de traiter vos demandes et se tiennent disponibles pour y répondre par tous les moyens à distance.

Notre service client reçoit un grand nombre d'appels téléphoniques et de messages sur les réseaux sociaux. Aussi, nous vous demandons de contacter votre agence et vos conseillers :

Au regard de la situation, les délais de traitement sont susceptibles d’être allongés. Nous vous invitons à privilégier les opérations urgentes pour garantir la qualité de votre prise en charge.

Nous faisons tout notre possible pour répondre au mieux à vos attente, dans cette période extrêmement difficile.

Que propose la MAPA ?

La MAPA et la Mutuelle d'assurance de la boulangerie sont des outils de protection vis-à-vis des artisans-commerçants de détail de l'alimentaire.

Pour faire face au virus et préserver nos sociétaires, leurs familles et leurs salariés, la MAPA recommande de suivre les préconisations sanitaires demandées par le Gouvernement.

Ces mesures de prévention sont instaurées pour éviter la propagation de la contamination au sein des lieux très fréquentés.

Avant tout voyage il est recommandé de consulter régulièrement la fiche “conseils aux voyageurs” sur le site du ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères pour s’informer sur les régions touchées par le COVID-19.

Report possible des prélèvements

Si nos sociétaires en font la demande auprès de leur agence, il est possible de reporter les prélèvements de mars et avril.

Avec le contrat de prévoyance "Indemnités journalières"

Pour les sociétaires de la MAPA qui ont un contrat de prévoyance "Indemnités Journalières", le versement d'indemnités journalières est prévu si :

  • vous avez contracté la maladie (application normale du contrat)
  • vous faites l’objet d’une mesure d’isolement, sans avoir contracté la maladie :

Dans ce cas, le décret du 31 janvier 2020 publié au Journal Officiel le 1er février 2020 vous permet de bénéficier d'indemnités journalières sans délai de carence, pour une durée maximale de 20 jours.

Pour cela, chaque sociétaire doit s'identifier auprès de son Agence Régionale de la Santé (ARS) : www.ars.sante.fr

  1. le médecin de l'ARS délivre un avis d'interruption de travail et l'adresse à l'organisme de sécurité sociale d'affiliation,
  2. l'ARS transmet la liste des assurés éligibles à cette mesure aux organismes de sécurité sociale concernés.
  • vous êtes en situation d'affection longue durée (ALD) et cessez votre activité professionnelle : vous devez vous déclarer sur le site declare.ameli.fr. Le règlement des indemnités journalières est limité à 21 jours, application de la franchise. Plus de précisions dans notre paragraphe sur les autres dispositifs publics.

Important : Les dernières mesures (fermeture totale des écoles et des établissements recevant du public), la cessation d'activité pour garde d'enfant(s), la fermeture administrative, la grossesse sont extérieures au périmètre du décret ou de notre contrat et ne peuvent permettre de prétendre au versement d'indemnités journalières.

Téléchargez la documentation à compléter et à envoyer à la MAPA

Ces documents doivent être accompagnés de l'avis d'arrêt de travail reçu de l'ARS ou de votre organime de sécurité sociale après déclaration sur le site declare.ameli.fr

 

Avec la Complémentaire Santé de la MAPA

La Complémentaire Santé de la MAPA vous permet également de faire appel à la téléconsultation en ligne. Face à la propagation du virus, la téléconsultation est l’outil idéal pour éviter le risque de saturation des urgences et des cabinets de médecins généralistes. En limitant les déplacements de personnes potentiellement contaminées, la téléconsultation évite la prolifération du virus.

Le service de téléconsultation est en relation avec les pouvoirs publics : son fonctionnement est susceptible d'être modifié en fonction de l’évolution de l’épidémie.

Avec l'assurance MAPA de votre commerce

La garantie Perte d’Exploitation de l’assurance Multirisque Commerce MAPA intervient à la suite de dommages matériels directs subis par votre commerce (exemples :  incendie, tempête, inondation...), et ne prévoit donc pas de protection contre les conséquences des maladies contagieuses humaines ou animales. Les risques de pandémie, tout comme les risques de guerre, sont inassurables car susceptibles de toucher simultanément un trop grand nombre de personnes, de sorte que l'assureur ne pourrait plus faire face à ses engagements.

La garantie optionnelle "Perte d'exploitation Fermeture administrative" qui a pu jouer lors des fermetures des marchés d'Ile-de-France suite aux attentats de novembre 2015 à Paris (les décisions des autorités étant limitées géographiquement et dans le temps) ne peut donc pas intervenir en cas d'épidémie pour les raisons évoquées ci-dessus.

Pourquoi les frais de perte d'exploitation ne sont pas couverts dans le cas de la pandémie de Covid-19 ?

L’assurabilité d’un risque repose sur deux piliers principaux : la mutualisation et l’aléa.

En ce qui concerne une pandémie :

  • son caractère systémique et global empêche toute mutualisation puisque tout le monde est touché en même temps.
  • quand un gouvernement prend une décision de fermeture d’entreprises on ne peut pas parler d’aléa.
  • enfin, les conséquences économiques de cette situation dépassent largement les capacités des assureurs.

C’est pourquoi les contrats couvrant les entreprises excluent ce risque. 

Attestation de non prise en charge de la perte d'exploitation

Si vous êtes touché par une interdiction d'ouvrir votre établissement, dans le cadre des consignes du gouvernement liée à la crise sanitaire provoquée par le coronavirus Covid-19, nous vous proposons de télécharger une attestation.

Celle-ci stipule que la MAPA ne prend pas en compte la perte d'exploitation, ni aucun frais annexe découlant des mesures prises par le gouvernement afin de pouvoir bénéficier du chomâge partiel pour ses salariés.

Téléchargez votre attestation de non prise en charge de la Perte d'Exploitation au sein de votre Espace Perso ou en cliquant ci-dessous :

 

L'essentiel en France, au 30 mars 2020, 9H30 :

  • Selon les sources hospitalières : 40 174 personnes infectées, 2 606 décès. 19 354 cas graves sont hospitalisés, 4632 sont en réanimation ou soins intensifs, 7 131 personnes sont guéries ou de retour à domicile.
  • On craint toujours une saturation des lits d'hôpitaux disponibles : de nombreux patients des zones les plus infectées sont transférées vers des hôpitaux de région moins saturées.
  • La délivrance de chloroquine, substance présentant des résultats encourageants face au Covid-19, mais comportant de nombreux risques d'effets secondaires, est désormais encadré. Ceux pouvant en bénéficier seront atteints de  formes graves de Covid-19.
  • La France est passée au “stade 3” de l’épidémie depuis le samedi 14 mars 2020. L'état d'urgence sanitaire est en vigueur depuis le 22 mars.
  • Un hôpital de campagne du service de santé des armées est mis en place à Mulhouse, l'un des principaux foyers.
  • Confinement depuis le 17 mars midi, renforcé depuis le 24 mars
  • Rappel des consignes du gouvernement : les gestes barrières et à la distanciation sociale.
  • Le second tour des élections municipales prévu initialement le 22 mars est reporté au 21 juin 2020.
  • Une très grande majorité de manifestations populaires, sportives et culturelles de mars à juin sont également reportées.

Cartographie des hospitalisations liées au Covid-19 en France :

Le site de veille-coronavirus.fr et la plateforme data.gouv.fr permettent de consulter des données et des cartes interactives beaucoup plus détaillées pour s’informer sur la propagation du virus en France, en toute transparence.

Par exemple :

Comment fonctionne le confinement ?

  • Les regroupements extérieurs, familiaux ou amicaux, ainsi que l'accès aux plages ne sont plus autorisés et les déplacements sont limités au strict nécessaire.
  • Les marchés ouverts sont désormais interdits depuis le mardi 24 mars, sauf avis contraire du préfet sur avis du maire.
  • Plusieurs villes mettent en place des couvre-feux pour éviter tout déplacement la nuit.
  • La durée du confinement n'est pas fixée officiellement. Le 24 mars, le conseil scientifique conseillait au gouvernement de faire durer celui-ci pendant 6 semaines depuis son démarrage le 17 mars.

Les déplacements sont soumis à une attestation dérogatoire, à imprimer ou à reproduire, et qu'il est nécessaire d'avoir sur soi en cas de contrôle de police ou de gendarmerie :

En cas de non présentation du document, une amende de 135 euros peut être délivrée par les forces de l'ordre. 1 500 euros si récidive dans les 15 jours suivants la première infraction.

A ce jour, plus de 90 000 amendes pour non-respect du confinement ont été délivrées.

Motifs de déplacement autorisés

  • Se déplacer de son domicile à son lieu de travail, si le télétravail n’est pas possible : un justificatif de déplacement professionnel est nécessaire et téléchargeable. Le justificatif est valable pendant toute la durée des mesures de confinement et n’a donc pas à être renouvelée tous les jours.
  • Faire ses achats de première nécessité dans les commerces de proximité autorisés : magasins d'alimentation, commerces alimentaires, pharmacies, banques, assurances, stations-services, bureaux de tabac et de presse.
  • Se rendre auprès d’un professionnel de santé pour une convocation ou une urgence.
  • Se déplacer pour la garde de ses enfants ou pour aider les personnes vulnérables à la stricte condition de respecter les gestes barrières.
  • Faire de l’exercice physique autour du domicile (dans un rayon de 1 km) et sans aucun rassemblement, une seule fois par jour, pendant une heure maximum : activité physique individuelle des personnes, à l'exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d'autres personnes, ou promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, ou besoins des animaux de compagnie.

 

Les commerçants et les professionnels de l’alimentaire face au Coronavirus

L’épidémie du COVID-19 a de fortes conséquences économiques pour la France.

L’impact du virus touche en particulier, les commerces et les professionnels indépendants, un tiers des établissements interrogés disent connaître une baisse d’activité. Mais également, le secteur du tourisme, de l’hôtellerie, de la restauration, les commerçants et les professionnels de l’alimentaire dont les cafetiers et traiteurs organisateurs de réceptions.

La fréquentation des commerces et restaurants asiatiques a, dès le départ de l'épidémie, fortement diminué : les gens avaient peur d’être contaminés par le virus. Certains commerçants ont perdu 30% de leur chiffre d’affaires, d’autres ont même décidé de fermer temporairement face au manque de clients.

Les commerçants sont confrontés à une baisse de fréquentation qui s’étend à présent à la clientèle locale et une baisse d’activité d’au moins 10%, dû à l’augmentation de personnes contaminées. L’approvisionnement de leur commerce depuis la Chine s’est même stoppé et l’activité reprend très lentement ce qui engendre des retards dans le processus de production. Ces retards vont provoquer une baisse des stocks donc une baisse de leur activité.

Face à la propagation de l’épidémie l’état d’esprit des commerçants est pessimiste pour 75% des sondés.

Le réseau des Traiteurs de France fait état d’une perte de chiffre d’affaires de plus de 3,5 millions, suite à des annulations d’événements.

La propagation du virus engendre également l’annulation ou le report d’événements regroupant un grand nombre de personnes.

En effet, les rassemblements de plus de 100 personnes sont désormais annulés.

De nombreux salons sont reportés à cause de l’épidémie :

  • EGAST Strasbourg : report aux 21, 22, 23 et 24 juin
  • Rest’Hôtel Clermont-Ferrand : dates de report communiquées ultérieurement
  • Sandwich & Snack Show - Paris Porte de Versailles : report aux 7,8 et 9 juin 2020
  • Franchise Expo Paris : report aux 24, 25 et 26 mai
  • Japan Food Show : report du 7 au 9 juin
  • Made Paris : report aux 13 et 14 mai
  • ...

Les mesures réclamées par les organisations professionnelles

Face au ralentissement attendu de la croissance, des mesures sont immédiatement demandées par certaines organisations, afin d’aider les entreprises qui enchainent les crises :

L’UMIH et des acteurs de la Confédération des Acteurs du Tourisme en faveur des PME et ETI

  • Une meilleure coordination entre les différents ministères afin d’éviter les consignes contradictoires et les messages anxiogènes.
  • Un “guichet unique” d’aide et de renseignements pour nos entreprises et une simplification des démarches administratives demandées aux entreprises.
  • Un dispositif accéléré de mise en oeuvre pour les entreprises qui souhaitent avoir recours à l’activité partielle, conditions de modulation du temps de travail, conditions de renouvellement des CDD.
  • Recevoir des consignes claires sur les conditions de remboursement/ indemnisation des clients en cas de fermeture temporaire d’une entreprise ou d’annulation d’une prestation.
  • Un fonds de garantie pour protéger toutes les entreprises de la filière des risques de défaillances pour donner suite aux annulations.
  • La suppression des charges sociales et / ou fiscales pour les TPE, PME et ETI.
  • Un message fort à l’attention des assurances pour prendre en compte cette situation exceptionnelle
  • Le ré-examen en avril de l’arrêté du 4 mars du Ministère de la Santé qui interdit les événements de plus de 5000 personnes jusqu’au 31 mai 2020.

Le Groupement National des Indépendants (GNI)

  • un moratoire sur les dettes sociales et fiscales ;
  • un moratoire sur le remboursement des emprunts bancaires et à tout le moins une garantie des emprunts bancaires par la BPI ;
  • la suspension immédiate de la taxe de 10€ sur les CDDU (Contrat à Durée Déterminée d’Usage) ;
  • le maintien exceptionnel des droits à assurance chômage des saisonniers à la suite d’un contrat inférieur à 6 mois et la mise en place d’un fonds d’indemnisation et de solidarité.

Traiteurs de France

  • La création d’un fonds d’indemnisation spécifique aux traiteurs organisateurs de réception,
  • une rencontre avec un médiateur
  • l’encadrement juridique des conditions d’annulation en cas de force majeure

Les mesures prises par le Gouvernement et les organisations publiques

Pour faire face à l’épidémie du Covid-19, le Gouvernement a mis en place :

Des mesures auprès de la population

Suite à l'allocution du Président de la République Emmanuel Macron, le 12 mars dernier :

  • La fermeture des crèches, écoles, lycées, universités... de tout établissement scolaire ou prodiguant la formation des jeunes, à partir du lundi 16 mars et jusqu'à nouvel ordre ;
  • La prise en charge de l’indemnisation des salariés contraints de rester chez eux, pour la garde des enfants de moins de 16 ans, pour 1 parent sur 2 ;
  • La prise en charge de l'indemnisation des personnes dont l’état de santé conduit à les considérer comme présentant un risque de développer une forme sévère de la maladie Covid-19, si elles n'ont pas de solution de télétravail.
  • Le report de deux mois de la trêve hivernale.
  • Pendant la période de confinement, une femme peut toujours acheter sa pilule contraceptive en se rendant à la pharmacie, même avec une ancienne ordonnance.
     

Des mesures de soutien aux entreprises

Le gouvernement français va consacrer 45 milliards d'euros pour les entreprises et les salariés :

  • Le maintien de l'emploi dans les entreprises par le dispositif de chômage partiel simplifié et renforcé : ce dispositif s’appliquera pendant 2 mois pour tous les salariés dont le revenu excède 1 SMIC. La mesure coûtera 8,5 milliards d'euros à l'Etat au total sur les 2 mois.
     
  • Des délais de paiement d’échéances sociales et/ou fiscales (URSSAF, impôts) pour le mois de mars : ces reports seront limités aux impôts directs, afin de ne pas aggraver le déficit budgétaire et de se montrer responsable sur le plan des finances publiques. La mesure devrait coûter à l’Etat environ 32 milliards d'euros.
     
  • Dans les situations les plus difficiles, des remises ou annulations d’impôts directs pouvant être décidées au cas par cas, dans le cadre d'un examen individualisé des demandes ;
     
  • Création d'un fonds de solidarité en soutien des entreprises dont l’activité est fermée (restauration, commerces, tourisme), les TPE qui ont perdu 70% ou plus de leur chiffre d’affaires en mars, ou bien les TPE, les indépendants et les micro-entrepreneurs dont le chiffre d’affaires est inférieur à 1 million d’euros. Ce fonds de solidarité d'1 milliard d'euros au total est, pour l’heure, déployé pour un mois seulement.
    • Pour les TPE ou indépendants concernés, 1 500 € d’aide rapide seront débloqués sur une simple déclaration sur le site de la Direction générale des finances publiques. Ce système de déclaration sera mis en place d'ici la fin du mois de mars.
    • Un dispositif anti-faillite sera également mis en place pour les entreprises employant au moins un salarié : l’aide financière envers ces entreprises pourra être renforcée, au cas par cas.
       
  • Garantie par l’Etat des prêts bancaires : mesure à hauteur de 300 milliards d'euros. Cette mesure se double d’un dispositif de garantie des prêts dans la zone euro, décidé par l’Eurogroupe lundi 16 mars, à hauteur de 1 000 milliards d'euros.
     
  • Un soutien de l’État et de la banque de France (médiation du crédit) pour négocier avec sa banque un rééchelonnement des crédits bancaires ;
     
  • Suspension du paiement des loyers, des factures d’électricité et de gaz pour les TPE et les micro-entrepreneurs : Bercy a négocié avec les différents organismes ou entreprises concernés (Engie, EDF…).
     
  • La mobilisation de Bpifrance pour garantir des lignes de trésorerie bancaires dont les entreprises pourraient avoir besoin à cause de l’épidémie ;
     
  • L’appui au traitement d’un conflit avec des clients ou fournisseurs par le médiateur des entreprises ;
     
  • La reconnaissance par l’État du Coronavirus comme un cas de force majeure pour ses marchés publics. En conséquence, pour tous les marchés publics d’État, les pénalités de retards ne seront pas appliquées.

L’ensemble de ces mesures sera contenu dans un projet de loi de finances rectificatives qui sera présenté ce mercredi 18 mars en Conseil des ministres.

Pour avoir des informations sur les mesures de soutien du gouvernement :

Plus d’information sur les aides mises en place pour soutenir les entreprises : https://www.economie.gouv.fr/coronavirus-soutien-entreprises

 

Autres dispositifs publics

Par ailleurs, l’Assurance Maladie a mis en place le téléservice « declare.ameli.fr » pour permettre aux employeurs de déclarer leurs salariés sans possibilité de télétravail :

 

Le Coronavirus Covid-19 (SARS-CoV-2) c’est quoi ?

Le Coronavirus fait partie d’une grande famille de virus. Celui identifié en Chine en janvier 2020 est un nouveau virus nommé COVID-19 par l’Organisation Mondiale de la Santé.
Selon plusieurs virologues, cette espèce virale proviendrait d’une source animale. Le virus provoque des maladies, qui, lorsqu’il est contracté, affectent les voies respiratoires et l’appareil digestif.

Les symptômes reconnus se rapprocheraient de ceux de la grippe, mais peuvent devenir atypiques selon les cas, avec :

  • de la fièvre ou une sensation de fièvre ;
  • des maux de tête ;
  • des écoulements nasaux et/ou de la congestion nasale ;
  • des courbatures ;
  • de plus grandes difficultés respiratoires (essoufflement, toux sèche, dyspnée...) ;
  • des maux de gorge
  • des pertes subites d'odorat (anosmie), voire des pertes de goût, généralement chez les plus jeunes ;
  • des diarrhées, chez les personnes généralement plus âgées

Beaucoup de malades infectés par le coronavirus semblent ne pas présenter de symptômes. On dit qu'ils sont asymptomatiques.

Comment attrape-t-on le Coronavirus Covid-19 ?

Le Covid-19 est à transmission respiratoire. La maladie se transmet également par gouttelettes (postillons, éternuements, toux), par la salive et par contact physique. Plus rarement par voie oro-fécale. Le facteur principal de transmission du Covid-19 reste le contact des mains non lavées (poignées de main, etc).

A moins d'un mètre, la relation entre deux personnes devient à risque.

Le virus peut également se transmettre par contact avec des surfaces infectées par le porteur, mais seulement pendant quelques heures, car le virus ne peut survivre sans un individu porteur.

Comment se protéger du Coronavirus et quelles précautions prendre ?

Si vous pensez présenter les symptômes de la maladie (fièvre ou difficultés respiratoires principalement), ou après un voyage dans un foyer épidémique ou un contact avec quelqu'un en revenant, les recommandations du gouvernement sont très claires :

  1. surtout, ne pas se rendre aux urgences, ni chez son médecin traitant, afin de prévenir la propagation du virus, en particulier parmi les patients déjà fragilisés des salles d’attente.
  2. la consigne est de rester chez soi et d’appeler le 15 (SAMU) ou de solliciter un service de téléconsultation comme celui proposé par la MAPA et son partenaire Santéclair, accessible depuis votre Espace Perso, en faisant état des symptômes et du séjour récent.

Les gestes barrières

La prévention concernant le Covid-19 (SARS-CoV-2) ressemble à celle de tous les autres virus habituels : se laver les mains plusieurs fois par jour avec une solution hydroalcoolique ou du savon, éviter de toucher ses yeux, son nez et sa bouche sans s'être lavé les mains, couvrir sa toux avec un tissu jetable, éviter le contact avec les personnes malades...

Certaines recommandations ont été émises par les autorités françaises pour protéger la population du virus. Des gestes simples à adopter au quotidien sont communiqués pour limiter la propagation de l’épidémie :

  1. Se laver les mains très régulièrement
    • Mouillez-vous les mains avec de l’eau.
    • Appliquez du produit au creux de la paume d’une main.
    • Frottez paume contre paume pour faire mousser.
    • Étalez la mousse sur le dos des mains avec les doigts entrelacés.
    • Pressez les doigts contre l’autre main et frottez de l’avant vers l’arrière et contre l’autre main.
    • Emboîter chaque pouce dans l’autre main et frottez avec un mouvement de rotation.
    • Mettez les doigts joints dans l’autre main et frottez avec un mouvement de rotation.
    • Rincez les mains avec de l’eau.
    • Séchez vous les mains soigneusement avec un essuie-mains à usage unique.
    • Utilisez l’essuie-mains pour fermer le robinet.
    • Le lavage des mains est terminé.
       
  2. Tousser ou éternuer dans son coude
     
  3. Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades
     
  4. Utiliser des mouchoirs à usage unique
     
  5. Porter un masque lorsqu’on est malade (sur prescription médicale)
     

Les gestes barrières contre le Coronavirus Covid-19

Le port d'un masque chirurgical est recommandé pour les personnes qui ont séjourné en Chine (Chine continentale, Hongkong, Macao), à Singapour, en Corée du Sud, ou dans les régions de Lombardie et de Vénétie en Italie, pendant les 14 jours suivant leur retour ainsi que pour les malades symptomatiques, afin d'éviter de diffuser la maladie par voie aérienne, précise le site du gouvernement français.

En revanche, le port de ce type de masque par la population non malade et n’ayant pas voyagé, afin d’éviter d’attraper le coronavirus Covid-19, « n’est pas recommandé et son efficacité n’est pas démontrée ».

La distanciation sociale

Il est demandé de limiter au maximum les échanges avec d'autres personnes et d'éliminer tous les contacts avec un individu, et de se tenir à au moins 1 mètre de distance, pour éviter toute contamination.

Plateforme téléphonique

Le gouvernement a mis en place une plateforme téléphonique d’information “Nouveau coronavirus”.

Cette plateforme permet d’obtenir des informations sur le COVID-19 et des conseils si vous avez voyagé dans une zone où circule le virus ou côtoyé des personnes qui y ont circulé.

Disponible 24h/24, 7 jours/ 7 au 0 800 130 000 (appel gratuit depuis un poste fixe en France).

Téléphone Questions Coronavirus