Qu’est-ce que l’automédication ?

Publié le 10 juin 2015 - Modifié le 21 juillet 2018

Femme entrain de prendre du sirop contre la toux

Différents facteurs tels que la publicité sur les médicaments en vente libre, la hausse des déremboursements par la Sécurité Sociale et la multiplication des sites de santé sur internet peuvent avoir pour conséquence d’encourager notre recours à l’automédication. En 2016, une étude a d’ailleurs révélé que 8 français sur 10 ont opté pour cette pratique au cours de cette même année, pour faire face aux soucis de santé mineurs[1]. Zoom sur l’automédication, qui est aujourd’hui devenue un réflexe pour bon nombre d’entre nous !

Tout savoir sur l’automédication

Définition de l’automédication

Selon la définition de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), l’automédication « responsable » consiste à se soigner dans les conditions d’utilisation indiquées grâce à des médicaments autorisés, accessibles sans ordonnance, sûrs et efficaces.

Aujourd’hui, si les français ont désormais largement recours à l’automédication, ils sont toutefois encore en retard par rapport à certains voisins européens. En effet, selon l’AFIPA (Association française de l’industrie pharmaceutique pour une automédication responsable), 28 € sont dépensés chaque année par les français pour se soigner seuls. Comme élément de comparaison, nos voisins anglais dépensent 43 € en automédication, quand les allemands en dépensent 60. Cette dépense pourrait toutefois s’accroître dans les années à venir, hausse des déremboursements oblige…

Quels sont les avantages de l’automédication ?

Parmi les principaux avantages de l’automédication : le gain de temps. Cette pratique évite en effet aux personnes de se rendre chez le médecin. Dans certaines zones, telles que les « déserts médicaux », les malades doivent parfois attendre une semaine à quinze jours avant de pouvoir décrocher un rendez-vous chez le généraliste ! Cela peut expliquer l’habitude prise par certaines personnes de pratiquer l’automédication de manière plus ou moins régulière.

Qu’est-ce qu’on peut soigner en automédication ?

L’automédication permet de soigner les maux de l’hiver, les douleurs faibles au ventre ou à la tête, ou encore, les petites infections de la peau. Voici le hit-parade des médicaments vendus en automédication :

  1. Le Doliprane ®
  2. La Biafine ®
  3. L'Efferalgan ®
  4. La Bétadine ®
  5. L'Actifed ®

Quels sont les dangers de l’automédication ?

  • Oublier la notice

Très souvent perdue au fond de la boite ou de l’armoire à pharmacie, la notice d’un médicament est une source indispensable d’informations. Sa lecture peut vous apporter de précieux conseils sur :

- la prise du médicament ;

- les effets indésirables ;

- les indications en cas d'allergie ;

- les contre-indications dans le cas d'interactions médicamenteuses.

 

  • Ne pas consulter la date de péremption

La date de péremption indiquée sur les boîtes de médicaments n'est pas à prendre à la légère. Généralement indiquée sur l'emballage pour la majorité des médicaments, la date de péremption peut également être renseignée sur la notice dans le cas des sirops, sprays buccaux, collyres, etc. Attention aussi aux conditions de conservation après ouverture.

À retenir : n’utilisez jamais des antibiotiques qui auraient été recommandés dans le passé ou des médicaments prescrits pour votre conjoint ou un autre membre de la famille.

Peut-on prendre des médicaments périmés ?

Attention, utiliser des médicaments périmés peut se révéler inefficace, voire dangereux pour la santé dans certains cas. Les pommades et collyres peuvent par exemple contenir des bactéries et entraîner une infection. Quant aux produits formulés pour lutter contre la tension, lorsqu’ils sont périmés, peuvent présenter un risque de sous-dosage qui augmente le risque d’accident cardio-vasculaire.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, même périmé, un médicament peut encore contenir des principes actifs qui risquent de polluer les eaux et l'environnement s'ils ne sont pas détruits correctement ! Dès lors, évitez de jeter vos médicaments périmés dans le lavabo, les toilettes ou aux ordures ménagères. Préférez les remettre à votre pharmacien.

À retenir : pensez à vérifier votre armoire à pharmacie une à deux fois par an, pour éliminer les médicaments qui ne seraient plus bons à la consommation.

 

Est-ce qu’on peut acheter ses médicaments en ligne ?

Rechercher des médicaments sur Internet, les acheter à prix bas et se faire livrer en toute discrétion : voici le nouveau « crédo » de certains sites Internet qui proposent la vente de médicaments en ligne. Considérés comme illégaux et dangereux par la législation française, ces sites ne sont pas aussi sûrs qu'ils en ont l'air. Et pour cause :

  • Aucun médicament acheté sur ces sites n'est pris en charge par la Sécurité Sociale.
  • Il est impossible de connaître l'origine exacte des produits vendus.
  • La majorité des médicaments s'avèrent inactifs voire toxiques.
  • Les laboratoires qui les fabriquent ne sont pas toujours brevetés, et/ou les médicaments pas toujours contrôlés.

La liste noire des médicaments à éviter

62% des médicaments vendus en ligne sont contrefaits ou sont des produits de qualité inférieure[2]. Sur le net, méfiez-vous plus particulièrement des médicaments :

  • contre les troubles de l’érection (viagra/Cyalis) ;
  • pour faire maigrir ;
  • et des produits « dopants » de type stéroïdes anabolisants, dont la vente sur internet a littéralement explosé ces dernières années.

 

Est-ce qu’on peut financer l’automédication avec sa mutuelle ?

En l’absence d’ordonnance, l’Assurance Maladie ne rembourse pas les dépenses d’automédication. Cependant, certains contrats de santé complémentaires peuvent offrir une prise en charge partielle de ces frais.

Différentes formules existent. Certaines mutuelles proposent un forfait annuel de remboursement compris entre 30 et 150 €. D’autres ont mis en place une option payante, pour être remboursé de ses dépenses chaque mois, en respectant un plafond donné. En pratique, il suffit de conserver le ticket du pharmacien et de le renvoyer à votre mutuelle.

Le service d’automédication MAPA Santéclair      

Sociétaires MAPA assurés en santé Vitalité et Sérénité, accédez aux conseils de spécialistes en quelques clics sur un site d’automédication en ligne.

Parce que l’automédication peut être un bon réflexe, à condition que les médicaments ne soient pas pris de manière aventureuse, MAPA Santéclairvous propose ce tout nouveau service. En quelques clics accédez quand vous le souhaitez aux conseils de spécialistes, le professeur Giroud et le Docteur Hagège, pour vous accompagner dans l'apprentissage de l'automédication. Retrouvez des informations claires et pratiques sur les symptômes, des fiches thématiques santé et hygiène de vie ainsi que des descriptifs pour chaque médicament autorisé et leur prix de vente habituel.

Pour accéder au service, il vous suffit de vous rendre sur votre espace perso MAPA. Cependant, n’hésitez pas à consulter un médecin en cas de doute, de prolongation ou d’aggravation des symptômes.

Service réservé aux sociétaires MAPA assurés en santé Vitalité et Sérénité. Au moment de la souscription, vous recevrez un guide complet qui détaillera tous les services MAPA Santé dont vous pouvez bénéficier avec votre complémentaire santé.

Pour aller plus loin : ouvrages et articles sur l’automédication

 

[1] Source : Etude Laboratoires Pierre Fabre, IPSOS - 2016

[2] Source : IRACM (Institut international de recherche anti-contrefaçon des médicaments)

Voir
également

Le point sur les médicaments à risques Automédication : le b.a-ba en cas de bobo ! MAPA Santéclair lance son nouveau service d'automédication 94 % des pharmacies sur Internet sont illégales : gare aux médicaments contrefaits