Métier, formation, salaire : comment devenir épicier ?
MAPA, l'assureur dédié aux professionnels de l'alimentaire
111 ans d'engagement

Le métier d'épicier

Publié le 5 avril 2022 Par Solène Ayangma

femme qui pèse des tomate sur une balance dans un camion alimentaire

Commerçant de proximité, à l'écoute des besoins de ses clients et qui vend toutes sortes de produits, l'épicier est essentiel à la vie de quartier ou même de certains villages. Son métier est complexe, diversifié et demande de nombreuses compétences.

Fiche métier : définition du métier de l'épicier

L'épicier vend des denrées alimentaires et non alimentaires dans un établissement nommé magasin d’épicerie ou épicerie. Il tient un commerce de détail et de proximité et doit, à ce titre, fidéliser sa clientèle grâce à un excellent accueil, des offres variées et une bonne qualité de produits. S'il peut vendre des produits non alimentaires, la majorité de son offre concerne l'alimentation. Il est donc tenu de respecter les règles d'hygiène et de sécurité en vigueur.

Le commerçant peut choisir de se spécialiser dans l'épicerie fine, les produits frais, les alcools, etc.

Approvisionnement, mise en rayon, vente... Quel est le travail de l'épicier ?

L'épicier exerce de nombreuses activités différentes :

  • Choix de l'offre
  • Choix des fournisseurs et gestion des besoins en approvisionnement
  • Gestion des stocks
  • Mise en rayon (seul ou avec l'aide d'un chef de rayon)
  • Préparation, coupe, présentation de produits frais
  • Accueil des clients et encaissement (seul ou avec l'aide d'un auxiliaire de vente)
  • Mise en place d'offres promotionnelles
  • Gestion managériale et administrative de l'entreprise
  • Mise en application des règles d'hygiène et de sécurité (mise en place de protocoles sanitaires, contrôle des dates de péremption, respect de la chaîne du froid, etc.)

Bien que ses activités peuvent varier selon le type de produits vendus et la taille de la boutique, le commerçant se doit toujours d'être polyvalent et proche de ses clients.

Quel est le salaire de l'épicier ?

Il varie grandement selon les produits proposés, la taille de l'entreprise, le choix de rémunération du dirigeant, etc.

Quelle formation pour devenir épicier ?

Il n'est pas nécessaire d'être détenteur d'un diplôme spécifique pour ouvrir une épicerie. Il faut malgré tout avoir une excellente connaissance des produits vendus et des règles d'hygiène et de sécurité associées, ainsi que de bonnes compétences en gestion, en comptabilité ou encore en management d'équipe. Il est donc conseillé d'effectuer une ou plusieurs formations avant de se lancer dans l'aventure. Parmi elles, on peut citer :

  • Le CAP équipier polyvalent du commerce
  • Des CAP spécifiques selon la spécialisation de l'épicerie (boucher, poissonnier, boulanger, etc.)
  • Le bac pro métiers du commerce et de la vente
  • Le bac pro technicien-conseil en alimentation
  • Le BTS management commercial
  • Toute autre formation courte ou longue permettant de développer ses compétences entrepreneuriales et d'apprendre à bien gérer son entreprise

Qui travaille dans une épicerie ?

Le personnel d'une épicerie est diversifié. Il peut notamment compter des employés de vente, des vendeurs-conseils, des chauffeurs-livreurs, des chefs de rayon ou encore des responsables adjoints.

Qu'est-ce qu'un marchand épicier ?

Il s'agit tout simplement du titre que portaient les épiciers il y a plusieurs siècles de cela. On parlait de marchand épicier au XVIIe, XVIIIe ou même XIXe siècle. À noter que le métier d'épicier est bien plus ancien que cela, mais qu'à l'époque du Moyen-Âge les épiciers vendaient essentiellement des épices.

Et qui vend les épices, désormais ?

Les épiciers, bien sûr, mais également les grandes surfaces et certains commerces spécialisés.