MAPA, l'assureur dédié aux professionnels de l'alimentaire
111 ans d'engagement

La retraite des épiciers

Épicière

Les épiciers travaillent dans des commerces de proximité essentiels pour la vie des quartiers et des villages français. Ils exercent dans des entreprises familiales ou de petite taille et ayant généralement un fort ancrage local, avec des clients fidèles et réguliers. Les épiciers qui commencent à envisager leur départ à la retraite doivent bien l'organiser en amont. Voici donc quelques informations utiles sur le sujet.

Quel est l'âge minimum légal de départ à la retraite ?

Tout comme l'ensemble des travailleurs français, sauf ceux dépendant d'un régime spécifique, les épiciers peuvent partir à la retraite dès l'âge de 62 ans. La réforme des retraites de 2023 prévoit de passer cet âge minimum légal à 64 ans.

Les épiciers ayant commencé à travailler jeunes peuvent bénéficier d'une retraite anticipée pour carrière longue. Ainsi, ils peuvent partir à la retraite à 58 ans s'ils ont commencé à travailler avant 16 ans, ou à 60 ans s'ils ont commencé à travailler avant 20 ans. Ils doivent dans tous les cas avoir validé un certain nombre de trimestres, qui dépend de leur année de naissance. Les années d'apprentissage comptent dans le calcul de la retraite anticipée.

Qui est l'interlocuteur privilégié des épiciers concernant leur retraite ?

Les épiciers relèvent de l'Assurance retraite, elle-même gérée par la Sécurité sociale. Ils peuvent ainsi se rendre sur le site de l'Assurance retraite, créer leur espace personnel et accéder à leur compte retraite, qui détaille notamment leur parcours professionnel, les trimestres validés, la date minimale de départ à la retraite à laquelle ils peuvent prétendre, s'ils ont droit ou non à une retraite anticipée, combien de trimestres ils doivent encore cotiser afin d'obtenir la retraite à taux plein, etc. C'est également par l'intermédiaire de cette plateforme qu'ils peuvent envoyer des demandes de correction s'ils repèrent des problèmes, par exemple des trimestres cotisés non inscrits dans leur relevé de carrière.

De quelle convention collective dépendent les épiceries ?

Les épiciers peuvent dépendre de 2 conventions collectives :

  • La convention collective nationale des métiers du commerce de détail alimentaire spécialisé - Pour tous les épiciers spécialisés, quel que soit leur effectif. La spécialisation peut prendre de multiples formes (spécialités d'un pays, produits de découverte, produits régionaux, épicerie fine, etc.).
  • La convention collective nationale du commerce de détail alimentaire non spécialisé - Pour tous les épiciers non spécialisés, c'est-à-dire travaillant dans des commerces d'alimentation générale, des supérettes ou des supermarchés dont l'effectif est inférieur à 11 salariés.

Quelle est l'indemnité de départ à la retraite des épiciers ?

L'indemnité de départ à la retraite est la même quelle que soit la convention collective dont dépend l'épicier :

  • Pour un départ volontaire à la retraite - À partir de 2 ans d'ancienneté dans l'entreprise, l'épicier a droit à une indemnité de départ d'un montant de 1/10e de mois de salaire par année de présence. L'indemnité ne peut pas dépasser 3 mois de salaire.
  • Pour une mise à la retraite d'office (possible si l'employé a au moins 70 ans) - L'indemnité de départ à la retraite est égale à l'indemnité de licenciement, qui s'élève à 1/4 du mois de salaire par année d'ancienneté pour les 10 premières années, puis 1/3 du mois de salaire par année d'ancienneté au-delà.