Logo MAPA Assurances
L'assureur dédié aux professionnels de l'alimentaire

Bouchers et charcutiers jusqu’à 3 fois plus exposés aux risques d’accident du travail

Publié le 31 mai 2019 - Modifié le 6 juin 2019

Les risques de TMS du Maître Artisan Boucher de la Boucherie Delmas portant des barquettes de viande

Saviez-vous que les métiers de la filière viande sont 2 à 3 fois plus exposés aux risques d’accident du travail que la moyenne nationale des autres activités1 ? Outre les accidents du travail, les bouchers sont parmi les plus sujets aux troubles musculosquelettiques (TMS). Port de charges lourdes, gestes répétitifs, exposition au froid, horaires atypiques… Les risques liés aux postures et à la manutention en boucherie sont nombreux2 et souvent aggravés par l’environnement et la cadence de travail. MAPA vous donne quelques clés pour les prévenir.

Connaître les risques liés aux postures et à la manutention en boucherie

Si les coupures constituent un risque élevé dans le métier de boucher-charcutier, les troubles musculosquelettiques (TMS) représentent en réalité la pathologie la plus fréquente de cette profession. Tendinites, hernies discales, lumbagos, affections aux poignets, aux coudes, aux épaules… Les TMS se manifestent par des douleurs récurrentes aux articulations, muscles et tendons, par une gêne voire une impossibilité à effectuer certains mouvements ou à tenir certaines postures. De nombreux facteurs sont responsables de ces pathologies parmi lesquels le port de charges lourdes de manière répétée et les postures contraignantes.

Risques TMS pour les bouchers-charcutiers : position penchée en avant pour attraper les produits

En effet, les métiers de la boucherie-charcuterie nécessitent de transporter des pièces de viande et des charges lourdes (palettes, suspension aux esses,…) qui peuvent, à long terme, causer des douleurs au dos importantes et d’autres TMS. De même, les bouchers-charcutiers sont particulièrement exposés aux gestes répétitifs et à des postures contraignantes, eux aussi responsables de maladies professionnelles : station debout prolongée, position penchée en avant avec bras tendus lors du réapprovisionnement des étals, opérations de découpe ou de transformation, etc.

A noter que, en plus d’être responsables de TMS, les manutentions manuelles de charge et les positions inconfortables peuvent également être à l’origine d’accidents du travail, résultats de processus parfois dégénératifs. A ce titre, le type de charge manipulée, la cadence de travail, les stations debout prolongées ainsi que l’exposition au froid (installations frigorifiques…) sont autant de facteurs aggravants.

 

Se prémunir des risques liés aux postures et à la manutention en boucherie 

Afin de réduire fortement ces risques, plusieurs dispositifs peuvent être mis en place au sein des boucheries-charcuteries. Lors du service en magasin, des aménagements peuvent ainsi être envisagés tels que la disposition des appareils de découpe et autres machines à une bonne hauteur ou la création de frigos présentoirs ni trop profonds ni trop bas. De la même manière, des sièges et des plans de travail réglables en hauteur contribuent à une optimisation de l’ergonomie du poste de travail.

Risque TMS porte des charges lourdes : un boucher qui soulève de la viande sur son dos

Concernant le port de charges lourdes, des équipements peuvent là aussi venir aider les professionnels. Citons notamment les chariots roulants, les transpalettes, les rails pour les pièces de viande volumineuses, etc. Certains conditionnements limitent également les charges à porter et réduisent ainsi les risques de TMS. Si l’établissement dispose de plusieurs salariés, la rotation des postes de travail, la mise en place de temps de récupération suffisants sont autant de mesures complémentaires permettant de prévenir les maladies professionnelles.

Enfin, l’évaluation des risques, l’apprentissage et le respect des gestes professionnels corrects constituent des moyens de prévention parmi les plus efficaces pour lutter contre les risques liés aux postures et à la manutention.

Toutes ces mesures de prévention permettent non seulement d’améliorer les conditions de travail des professionnels de la boucherie-charcuterie mais aussi de protéger leur santé et leur sécurité.

 

Sources :

  1. Selon L’INRS - http://www.inrs.fr/metiers/agroalimentaire/filiere-viande.html
  2. Selon la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (Cnam-TS), les TMS ont représenté en 2015 près de 87% des cas de maladies professionnelles.