Comment mieux dormir lorsque l'on est boulanger/pâtissier ?

Publié le 25 septembre 2018

Homme toujours éveillé à 2 heures du matin, souffrant de troubles du sommeil

La journée d’un boulanger-pâtissier débute très tôt, avec un réveil, souvent, aux alentours de 3 heures du matin. L’activité commence par la préparation des pâtes à pain, à chou ou encore de la pâte feuilletée, puis des viennoiseries ou gâteaux. Ces horaires spécifiques et le travail de nuit peuvent induire, pour les professionnels boulangers et pâtissiers, des problématiques liées au manque de sommeil. Somnolences, insomnies ou encore des difficultés à dormir le jour, font malheureusement partie de leur quotidien. Rien d’étonnant, puisque notre corps est conçu pour vivre le jour et dormir la nuit.

Un manque de sommeil répété peut avoir des conséquences à court comme à long terme. Quelles solutions pour les professionnels boulangers et pâtissiers ? Nos réponses.

L’importance de bien dormir

Homme qui se sent bien

Nous passons près d’un tiers de notre vie au lit. Le sommeil est vital à de nombreuses fonctions biologiques et notamment à la récupération de nos forces physiques et psychiques. Dormir correctement est donc essentiel pour se sentir bien, physiquement et mentalement. Selon les spécialistes, la durée optimale de sommeil s’établirait aux alentours de 7 heures par nuit.

Le sommeil en chiffres

  • Une bonne nuit c’est au moins : 3 à 5 cycles de 90 minutes en moyenne.
  • Un mauvais sommeil augmente les risques de maladies cardiovasculaires, d’obésité, de diabète, de cancer et d’accidents.
  • Une personne sur 3 est concernée par les troubles du sommeil.
  • Les français dorment 1h30 de moins qu’il y a 50 ans.

Source : INSERM

Boulangers/pâtissiers : quelques conseils pour mieux dormir

Professionnels de la boulangerie-pâtisserie, vous pouvez agir au quotidien pour un meilleur sommeil. D’abord, en adoptant les bons gestes en matière d’alimentation et en changeant quelques habitudes de vie :

  • Évitez les boissons excitantes dans les 4 heures qui précèdent le coucher, comme le café, les sodas, l’alcool ou les energy drinks. Car le corps met environ 4 heures à métaboliser les effets des excitants.
  • Ne vous couchez pas le ventre vide et ne sautez pas de repas, y compris, le petit- déjeuner.
  • À la maison, créez un environnement propice au sommeil. Prenez une douche chaude et n’oubliez pas de fermer les volets pour créer l’obscurité. Ce détail a son importance. Le noir augmente en effet la sécrétion de mélatonine, l’hormone du sommeil. La lumière, au contraire, la fait baisser et diminue la qualité du sommeil.
  • Pour éviter toute lumière nuisible au bon endormissement, délaissez les écrans. L’utilisation de votre smartphone, votre tablette ou votre ordinateur avant le coucher semble, en effet, induire un recul de l’heure d’endormissement et, par conséquent, une réduction de la durée du sommeil.

Sortir et s’exposer à la lumière du jour

Une exposition insuffisante à la lumière du jour peut causer des difficultés d’endormissements. Aussi, veillez à vous aérer le plus possible, mais pas directement après le travail. Cela pourrait alors retarder l’endormissement. S’il fait nuit lorsque vous êtes éveillé, vous pouvez également opter pour la solution de la luminothérapie. Une pratique très courante dans les pays nordiques, où l’hiver, la lumière se fait rare. Des lampes spéciales, en vente dans le commerce, permettent désormais de prendre un agréable bain de lumière pendant que vous lisez, mangez ou regardez la télévision. Cette technique agit sur la production de mélatonine et vous aide à retrouver un bon sommeil. C’est également une solution intéressante pour lutter contre la dépression saisonnière.

Le manque de sommeil, fréquent chez les boulangers-pâtissiers qui travaillent de nuit, n’est pas une fatalité. Quelques bons réflexes vous permettront d’améliorer la qualité de votre sommeil et de vous sentir mieux, au quotidien !