Commerçants : assurez votre rentrée avec les bons contrats selon votre statut

Publié le 28 octobre 2016 - Modifié le 27 janvier 2017

Homme en chemise entrain de signer un contrat

En tant que dirigeant d’entreprise et en qualité de commerçant, vous avez l’obligation de vous assurer pour un certain nombre de points clés liés à votre activité.

De l’assurance qui protège les locaux en passant par le matériel ou encore la valeur du fonds de commerce, nous faisons un point sur vos obligations d’assurance, avec les contrats sur lesquels vous ne pouvez pas faire l’impasse, selon votre statut.

Vous êtes propriétaire des locaux et du fonds de commerce

Ce cas de figure est le plus simple ! Puisque vous êtes le propriétaire des murs et du fonds de commerce, toutes les assurances sont à votre charge. Une assurance multirisques commerce est particulièrement adaptée, car elle couvre à la fois les locaux, le matériel, mais aussi votre responsabilité et les éventuelles pertes liées à un incident. Pensez à « jouer » avec les niveaux de franchise pour vous équiper d’une protection optimale, selon votre activité.

Vous êtes locataire des locaux et propriétaire du fonds de commerce

Toutes les assurances liées à l’activité en elle-même sont à votre charge. Concernant les locaux, vous n’avez pas à souscrire la même assurance que le propriétaire. Il vous faut une garantie des risques locatifs, qui permet à votre bailleur de se prémunir contre certains risques liés à la location.

Vous êtes locataire du fonds de commerce avec un contrat de gérance libre

Chaque contrat de gérance libre peut présenter des différences en matière d’obligation d’assurance. Ainsi, le propriétaire du fonds de commerce peut prendre à sa charge l’assurance des marchandises et du matériel, voire même les risques locatifs. Reportez-vous au volet assurance pour connaître vos obligations, et ainsi composer une assurance à la carte, selon vos besoins. Pour cela, l’assurance multirisques commerce servira de base, et ajoutez-y des options. Bris de glace, bris de matériel, arrêt de l’équipement réfrigérant... pour faire face à ce type d’imprévus qui ralentissent voire stoppent votre activité, vous pouvez actionner la garantie perte d’exploitation. Celle-ci sécurise votre commerce en compensant la baisse de chiffre d’affaires générée et couvre les charges fixes de l’entreprise.

Vous êtes gérant non-salarié

En étant gérant non-salarié, la plupart des obligations assurantielles sont remplies, en théorie, par le siège social de l’entreprise. Une clause de renonciation à recours doit apparaître dans le contrat de gérance, stipulant bien que ce n’est pas à vous de souscrire les assurances... à l’exception de l’assurance pour votre responsabilité et celle de vos salariés. Cette dernière sera toujours obligatoire. Pensez aux offres de responsabilité civile professionnelle (RC Pro), à compléter éventuellement avec une protection juridique (PJ).

Vous êtes gérant salarié

Dernier cas de figure, le statut de gérant-salarié. Un statut qui apporte une vraie simplicité. Vous n’avez aucun besoin en assurance, tout est pris en charge par votre employeur.