Logo MAPA Assurances Mutuelle d'Assurance de la Boulangerie

Peut-on ouvrir une boulangerie sans apport ?

Ouvrir ou reprendre une boulangerie-pâtisserie est une opération complexe, qui demande de nombreux efforts de la part du ou des entrepreneurs. Dans un schéma classique, avec un emprunt à la banque pour concrétiser son projet, l'entrepreneur doit notamment fournir un apport financier personnel afin de répartir les risques. Mais si l'on ne possède pas cette somme, souvent conséquente, peut-on tout de même ouvrir une boulangerie ?
Soutien familial à la création d'entreprise

Combien d'apport demandent habituellement les banques pour acheter une boulangerie ?

Lors d'une demande de financement classique auprès des banques, ces dernières imposent à l'entrepreneur de fournir un apport initial, et ce dans la très grande majorité des cas. L'objectif est de répartir les risques afin que, si le projet est un échec, la banque ne porte pas seule les pertes financières.

Ainsi, les établissements bancaires demandent généralement un apport initial de 20 à 30 % du montant total du projet. Étant donné que ces projets se chiffrent à parfois plusieurs centaines de milliers d'euros, il peut s'avérer difficile d'être en mesure d'apporter une telle somme grâce à ses fonds personnels uniquement.

Il faut donc faire appel à des méthodes de financement alternatives.

Comment trouver des financements sans apport ?

Il existe des financements non classiques, qui présentent moins d'exigence que les banques. Ils peuvent être plus difficiles à obtenir, mais permettent de financer son projet sans aucun apport personnel.

Les aides et les subventions de l'État

L'État et les collectivités territoriales peuvent proposer des aides et des subventions non négligeables pour ouvrir un commerce de proximité dans une ville et dynamiser certains quartiers. Ainsi, en plus d'aides financières directes, vous pouvez éventuellement négocier la mise à disposition d'un local de la mairie, ou la location d'un local à un prix moindre.

N'hésitez pas non plus à vous renseigner auprès de la Chambre de Métiers et de l'Artisanat dont vous dépendez pour connaître toutes les aides auxquelles vous pouvez prétendre. L'État propose par ailleurs des aides générales lors de la création d'entreprise, tous secteurs confondus : ACCRE ou NACRE, microcrédit, aides à la création d'entreprise pour les femmes, etc.

L'un de ces dispositifs d'aide financière est le prêt d'honneur. Certains organismes dédiés, financés en partie ou en totalité par l'État, peuvent accorder des prêts à taux 0 aux entrepreneurs, sans aucune garantie demandée. Parmi ces organismes agréés, on peut notamment citer Initiative France et Réseau Entreprendre, qui sont les 2 plus grands réseaux nationaux, ou encore Pôle Emploi.

Le montant de ces prêts varie de 2000 à 50000 euros selon l'organisme et le projet, voire 100000 euros pour les projets innovants. Le prêt d'honneur peut donc aider à constituer un apport et à négocier un prêt auprès des banques. Ainsi, selon les chiffres officiels et pour un euro de prêt d'honneur débloqué, les banques concèdent :

  • Initiative France - 7,3 euros de prêt bancaire
  • Réseau Entreprendre - 13 euros de prêt bancaire

Le crowdfunding

Il est également possible de se tourner vers ce que l'on appelle l'investissement participatif. On parle alors de crowdfunding. Le financement participatif se divise en 3 catégories :

  • Le crowdfunding de dons - En échange d'un investissement financier, les donateurs reçoivent des contreparties. Ces contreparties peuvent être des réductions futures, des viennoiseries ou pâtisseries gratuites, ou même, pourquoi pas, la possibilité d'avoir une spécialité de la boulangerie à son nom. Elles varient en fonction de la quantité d'argent investi. À noter qu'il est possible pour les participants de donner de l'argent sans attendre de contrepartie en retour. Il s'agit alors d'un acte purement charitable.
  • Le prêt ou crowdlending - Ce type de financement présente le même fonctionnement qu'un prêt bancaire. L'investisseur privé prête une certaine somme que l'entrepreneur devra rembourser selon un échéancier et un taux d'intérêt définis au préalable. À noter qu'il est possible de faire un prêt à un taux d'intérêt de 0 %.
  • Le crowdfunding avec prise de participation - Les investisseurs achètent directement des parts dans la boulangerie et entrent donc au capital de l'entreprise. Attention, dans ce cas de figure, l'investisseur privé devient un associé et il a ainsi un droit de vote pour chaque décision majeure dans la vie de la boulangerie. Il sera donc présent lors des assemblées générales et peut influencer l'orientation stratégique du commerce. Vous ne serez plus le seul décisionnaire de l'entreprise. Le poids du vote de chaque investisseur dépend du montant qu'il a injecté dans la boulangerie. Les actionnaires seront par la suite rémunérés grâce au partage des dividendes, décidées chaque année. Rappelons par ailleurs que les Français bénéficient d'une réduction d'impôts sur le revenu ou sur la fortune suite à un investissement au capital d'une entreprise.

Pour faire un appel de fonds via le crowdfunding, il faut présenter son projet sur les sites dédiés au financement participatif. Ces sites recensent les projets entrepreneuriaux, artistiques ou encore humanitaires qui ont besoin de financements pour se concrétiser, mais ne peuvent pas, ou ne souhaitent pas, faire appel aux investisseurs institutionnels que sont par exemple les banques.

Le crowdfunding se base sur un grand nombre de personnes prêtes à investir de petites quantités d'argent dans votre future boulangerie-pâtisserie. La stratégie consiste donc à miser sur une participation en masse et à attirer le plus grand nombre d'investisseurs possible.

Le love money

Le love money, qui signifie "l'argent de l'amour" en français, consiste à faire appel à ses proches, conjoint, famille et/ou amis, pour financer son projet de création d'entreprise. Il a l'avantage d'être simple et de permettre de lever des fonds rapidement ; il est fondé sur la confiance entre le prêteur et l'emprunteur. Comme pour l'investissement participatif, il peut se décliner en 3 types de financement :

  • Le don - Il peut se faire sans supervision d'un notaire, ou encore via une plateforme de crowdfunding pour formaliser la donation. Il n'y a en retour aucune contrepartie, remboursement avec ou sans intérêts ou prise de parts dans l'entreprise. Il s'agit d'un geste bienveillant d'un proche à un autre.
  • Le prêt - Tout comme pour le crowdfunding, le prêt d'argent donne lieu à un remboursement avec un taux d'intérêt défini au préalable par les 2 parties. Il peut être formalisé par un contrat écrit, ou se faire via une plateforme de crowdfunding.
  • L'entrée au capital - Même principe que pour l'investissement participatif, ce type de financement permet au proche d'investir dans l'entreprise et d'entrer au capital. Il devient alors un associé et récupérera chaque année des dividendes. Cet investissement est formalisé dans les statuts de la société.

Le love money peut être un excellent moyen de se constituer son propre apport personnel, afin d'engager des négociations auprès des banques pour débloquer des sommes plus importantes. Il peut par contre générer des problèmes et des dissensions entre amis ou au sein d'une même famille. Il est conseillé de toujours formaliser les prêts d'argent par un contrat ou via une levée de fonds officielle sur une plateforme de crowdfunding, afin de garder un cadre légal qui permettra de régler les éventuels litiges.

L'entrepreneur peut par ailleurs être tenté de se montrer moins rigoureux dans la préparation de son projet, s'il a déjà sécurisé les financements de ses proches. Peu importe les sources de financement envisagées (apport personnel, prêt bancaire, investissement participatif, love money, etc.), il faut toujours veiller à bien mener son étude de marché et à réaliser un business plan appliqué.

Quel budget pour ouvrir une boulangerie-pâtisserie (matériel, local, autres frais) ?

Il est difficile de donner un chiffre exact pour l'ouverture d'une boulangerie, car le budget global dépend de nombreux facteurs : taille, implantation géographique, dépôt de garantie, travaux, choix du matériel, compétences et expériences professionnelles de l'entrepreneur, implication du conjoint, etc.

Afin de définir le budget exact qu'il vous faudra pour créer votre entreprise, vous devrez réaliser un business plan. Ce document détaille tous les financements nécessaires à la création et au bon fonctionnement de votre boulangerie, et vous permet de réfléchir à votre projet et de calculer un prévisionnel financier sans omettre un seul détail. Il aide ainsi à lister tous les frais d'ouverture et de fonctionnement, à fixer les prix des produits ou encore à établir une stratégie compétitive face à la concurrence.

Comment ouvrir ou reprendre une boulangerie sans apport, et sans diplôme ?

Les méthodes et contraintes de financement sans apport restent les mêmes, avec ou sans diplôme permettant d'exercer la profession de boulanger-pâtissier.

Ouvrir ou reprendre une boulangerie demande normalement des qualifications bien spécifiques, si vous souhaitez exercer le métier de boulanger dans votre établissement. Il faut en effet détenir un diplôme reconnu par la Chambre de Métiers et de l'Artisanat : bac professionnel, CAP boulanger, ou encore brevet professionnel.

Il est cependant tout à fait possible d'embaucher un boulanger et d'exercer une autre fonction dans l'entreprise : gérance, vente, etc. Dans ce cas, vous pouvez ouvrir votre boulangerie sans diplôme. Attention cependant, vous restez le seul responsable en cas d'accident ou d'intoxication alimentaire. Il faudra donc toujours veiller à ce que votre boulanger et vos autres employés respectent bien tous les protocoles d'hygiène et de sécurité, et fournissent des produits respectant les règles de sécurité alimentaire en vigueur.

Intégrer une franchise peut également être une solution pour ouvrir une boulangerie sans diplôme. Certaines enseignes vous proposeront par exemple de devenir un terminal de cuisson, et donc de réchauffer les pâtes déjà préparées (afin notamment de vendre du pain à des prix concurrentiels). Avec ce système, vous n'avez pas besoin de détenir de qualifications particulières. Il faut cependant noter que l'ouverture d'une boulangerie franchisée a un coût plus élevé que l'ouverture d'une boulangerie artisanale, ce qui peut compliquer l'obtention de fonds, surtout sans apport initial.

 

Diriger une boulangerie, en étant soucieux de la qualité des produits proposés, de son bon fonctionnement, et s’inscrire ainsi dans la durée, nécessite une couverture d’assurance spécifique et adaptée à son activité. Il en va de la pérennité de l’entreprise.

Vous souhaitez ouvrir votre propre boulangerie ?

Commencez par télécharger notre livre blanc !