MAPA, l'assureur dédié aux professionnels de l'alimentaire
111 ans d'engagement

Le métier de chocolatier

Publié le 5 avril 2022 Par Solène Ayangma

femme qui prépare le chocolat

Le secteur de la chocolaterie tient une place très importante dans la gastronomie mondiale et plus particulièrement française. Les Français font ainsi partie des plus gros consommateurs de chocolat au monde. Le chocolat est un élément courant que l'on déguste en dessert, au goûter, au petit-déjeuner et à toute heure de la journée pour les gourmands. Mais qui se cache derrière cet aliment si réputé ? Définition, diplômes, salaire, avantages... Découvrez tout ce qu'il faut savoir sur le métier du chocolatier.

Fiche métier : l'artisan chocolatier

L'artisan chocolatier maîtrise l'art de la fabrication du chocolat de A à Z, qu'il s'agisse de concevoir des tablettes de chocolat, des friandises, des pâtisseries ou tout autre produit à base de chocolat. Il peut travailler dans une pâtisserie, un restaurant, un centre de production industrielle, la grande distribution, une chocolaterie, etc. Il peut être amené à encadrer des équipes, à inventer de nouvelles recettes ou encore à rencontrer la clientèle. Il s'agit d'un métier de passionné, qui demande une grande créativité et une rigueur technique, ainsi que quelques talents artistiques notamment pour la présentation des desserts. Le chocolatier doit connaître et appliquer toutes les règles d'hygiène et de sécurité en vigueur, savoir utiliser et entretenir les différentes machines, que ce soit dans la production artisanale ou industrielle, connaître ses matières premières et maîtriser parfaitement les bons dosages et les recettes.

Quels sont les avantages d'être chocolatier ?

Le métier de chocolatier est facilement accessible, avec comme niveau d'entrée minimum le CAP, et permet une insertion professionnelle rapide dès l'obtention du diplôme. Il s'agit d'un métier qui est valorisé par la clientèle, et aux activités diversifiées. Il permet à l'artisan d'être au contact de ses consommateurs. Bien que le salaire minimum en début de carrière soit bas, un chocolatier disposant de nombreuses années d'expérience ou exerçant à son compte peut dégager un salaire très gratifiant.

Tout comme les métiers de pâtissier et de boulanger, le métier de chocolatier a une belle ouverture à l'international. Le savoir-faire culinaire français est mondialement réputé et les chocolatiers français sont ainsi très prisés par les grands restaurants et chaînes hôtelières internationales. Ils peuvent également ouvrir leur propre boutique-atelier dans un pays étranger.

Etudes : quels diplômes et quelles formations pour devenir chocolatier ?

Pour devenir chocolatier, on peut soit se former en tant que pâtissier et se spécialiser dans la chocolaterie, par exemple en obtenant son CAP pâtissier puis en complétant sa formation avec une mention complémentaire MC Pâtisserie glacerie chocolaterie confiserie spécialisées, soit se former directement au métier en passant un CAP chocolatier-confiseur avec un approfondissement possible de sa formation grâce au BTM (brevet technique des métiers) chocolatier-confiseur. Selon le niveau du diplôme obtenu, l'artisan pourra commencer sa carrière à des postes ayant plus ou moins de responsabilités.

Quel est le salaire d'un chef chocolatier ?

Le salaire d'un chocolatier en début de carrière et détenant un niveau CAP s'élève aux alentours de 1 600 € brut par mois. Il augmentera selon les évolutions de carrière de l'artisan, qui peut ouvrir sa propre entreprise et se rémunérer selon son chiffre d'affaires, ou encore devenir chef de laboratoire, chef d'équipe, ouvrier qualifié, etc. À noter que le chocolatier effectue souvent des heures supplémentaires et peut travailler le dimanche et les jours fériés, ce qui lui donne droit à des heures rémunérées avec majoration de salaire.

Quels sont les différents métiers du chocolat ?

Qu'est-ce qu'un artisan chocolatier-confiseur ?

Le chocolatier-confiseur conçoit des confiseries à base de chocolat. Il imagine et fabrique des nougats, des bonbons, des sucettes, des dragées, des pâtes de fruit et d'autres douceurs pour le plaisir des petits comme des grands. Il peut aussi créer des confiseries sans chocolat afin de diversifier ses gammes de produits. Il peut travailler directement dans une confiserie ou à son compte. Dans ce second cas, il a généralement plus de liberté dans le choix des recettes et de l'offre qu'il compte proposer à sa clientèle.

Qu'est-ce qu'un maître pâtissier-chocolatier ?

Le pâtissier-chocolatier est un pâtissier disposant d'une spécialisation en chocolat. Il peut ainsi confectionner des pâtisseries à base de chocolat et diversifier son offre tout en se positionnant comme un expert du chocolat auprès de sa clientèle. Il travaille généralement dans une pâtisserie, dont il peut être le chef d'entreprise, mais il peut également exercer sa profession dans un restaurant, un hôtel de luxe, etc.

Qu'est-ce qu'un glacier-chocolatier ?

Le glacier-chocolatier confectionne des glaces et des sorbets, mais peut également fabriquer des produits de chocolaterie et de pâtisserie standards. Il sélectionne ses ingrédients, invente de nouvelles recettes et produit des glaces à qualité constante pour ses clients. Si le glacier peut exercer son métier après un CAP ou un BTM de glacier fabricant, le glacier-chocolatier a quant à lui peut suivre une formation en chocolaterie ou en pâtisserie avant de se spécialiser par la pratique ou en approfondissant ses études.

Qu'est-ce qu'un chocolatier meilleur ouvrier de France ?

Le titre de meilleur ouvrier de France est décerné aux artisans dont la qualité du travail et le savoir-faire sont jugés excellents. Il garantit au gagnant une reconnaissance nationale et internationale auprès d'autres professionnels aussi bien qu'auprès du grand public. Le titre est attribué par catégorie de métier. Les chocolatiers relèvent de la catégorie chocolaterie - confiserie. Le prestigieux titre de meilleur ouvrier de France doit sa renommée en partie à son système atypique : il n'y a pas de classement et le titre est délivré selon les notes obtenues par les candidats. Ainsi, certaines années, il peut n'y avoir aucun lauréat ou plusieurs lauréats dans la même catégorie.