MAPA, l'assureur dédié aux professionnels de l'alimentaire
L'assureur dédié aux professionnels de l'alimentaire

Primeur : votre RC pro en détails

Primeur met en rayon des produits

La RC pro est une assurance indispensable pour un professionnel, et même pour un primeur ! Cet article regroupe toutes les informations que vous devez connaitre sur la RC pro dédiée au métier de primeur.

Focus sur la RC pro

Qu'est-ce qu'une assurance RC pro ?

Souscrire à une assurance RC pro permet à un commerce de détail, tel qu'un primeur, de se protéger contre les risques liés aux dommages causés à des tiers. L'activité d'une entreprise peut entraîner des dommages pour lesquels des tiers peuvent demander une indemnisation, d'où l'importance de souscrire à une assurance RC pro pour protéger votre entreprise dans ses activités quotidiennes.

L'assurance responsabilité civile professionnelle dédiée aux primeurs prend en charge les dommages corporels, les objets et les matériels causés à un tiers ou à vos employés lors de vos activités professionnelles. Elle offre une couverture pour les dommages qui surviennent à l'intérieur comme à l'extérieur de vos locaux et dans l'exercice de votre métier au sens large.

La loi stipule en effet que la responsabilité civile de tout professionnel, y compris les commerçants, est engagée dès lors que son entreprise ou son commerce de détail cause un dommage à autrui, qu'il s'agisse d'un client, d'un fournisseur, d'un partenaire, d'un sous-traitant ou même d'une personne sans lien contractuel avec l'entreprise.

Par exemple, si un client glisse sur le sol humide de votre magasin et se casse un bras, votre entreprise peut être tenue responsable et devra rembourser intégralement le préjudice subi. Les conséquences financières pour votre entreprise peuvent être dramatiques, voire entraîner sa faillite, si cette somme est importante.

C'est pourquoi il est crucial de souscrire à une RC pro, même si ce n'est pas obligatoire pour les primeurs. Certains contrats de RC pro peuvent également être complétés par une protection juridique, permettant la prise en charge d'éventuels frais juridiques en cas de litige.

Est-ce qu'une responsabilité civile professionnelle est obligatoire pour un primeur ?

La souscription à une assurance RC pro n'est une obligation légale que pour certaines professions réglementées, ce qui n'inclut pas les commerces de détail comme l’est un primeur.

Qui est concerné par la RC pro ?

Toutes les entreprises, y compris les professionnels du secteur alimentaire, les professions libérales, les professionnels du conseil, les activités commerciales tels que les primeurs et les artisans, sont concernées par la responsabilité civile professionnelle.

Quel est le prix moyen d'une RC pro ?

Le prix moyen d’une RC pro est généralement d'une ou plusieurs centaine(s) d'euros, mais ce prix est calculé de manière individuelle pour chaque commerce en fonction de son secteur d’activité, de son chiffre d'affaires et de son envergure. Ainsi, pour certaines entreprises ou dans certains domaines, ces coûts peuvent être beaucoup plus élevés.

A qui demander un devis pour son assurance RC Pro ?

Prendre le temps de comparer les contrats est très important, car si tous les assureurs proposent une RC pro, les prix peuvent varier considérablement, et certains assureurs sont spécialisés dans votre métier, d'autres non.

Pour comparer les offres, vous pouvez contacter chaque assureur individuellement pour obtenir un devis ou utiliser un comparateur en ligne qui effectuera des demandes de devis auprès de plusieurs assureurs en direct. Certains comparateurs proposent même de réaliser une demande de devis pour leur compte, en tant qu'intermédiaire. Dans ce cas, prenez le temps de comparer leur offre avec celles émanant directement des assureurs, pour être certain de faire le bon choix.

Certains assureurs proposent une offre de conseils sur la protection juridique, ainsi qu’une assurance sur votre matériel professionnel. Cette prise en charge peut vous aider à protéger votre entreprise contre d'éventuels dommages tels qu'un incendie, un retard de livraison, un dégât des eaux sur votre fonds de commerce, une perte d'exploitation, un cas d'intoxication alimentaire chez vos clients, un arrêt de production de froid de votre chambre d'affinage, une catastrophe naturelle sur votre zone d'implantation, etc. Il est important de savoir que le simple fait d'accueillir des clients dans votre magasin peut entraîner des dommages, ce qui entraînera automatiquement des frais de justice pour votre entreprise, même si votre faute n'est finalement pas avérée.

Le métier de primeur en détails

Le CAP primeur, la porte d'entrée dans le métier

Le CAP Primeur est la formation de base pour devenir primeur. Ce diplôme, délivré par l'Éducation Nationale, permet d'acquérir les compétences et les connaissances nécessaires pour travailler dans un commerce de fruits et légumes. Accessible à partir d'un niveau brevet, cette formation dure 2 ans et se compose de deux parties : des enseignements généraux tels que le français, les mathématiques et l'anglais, ainsi que des enseignements professionnels spécifiques au métier de primeur. Ces derniers incluent la connaissance des terroirs, la sélection des fruits et légumes, la gestion des stocks, la présentation des produits, la relation clientèle, l'hygiène et la sécurité alimentaire, etc. Les étudiants peuvent également réaliser des stages en entreprise pour acquérir une expérience pratique et mettre en application les connaissances acquises en cours. Ils peuvent également choisir de réaliser ce diplôme en contrat d'apprentissage, où ils passent les deux tiers de leur temps d'études directement chez un primeur, qui les forme sur le terrain.

Après l'obtention de son diplôme, le titulaire d'un CAP Primeur peut travailler dans diverses entreprises liées à la vente et à la distribution de fruits et légumes, telles que les marchés, les épiceries, les grandes surfaces, les magasins de fruits et légumes indépendants, etc. Il peut également envisager de poursuivre ses études en préparant un Bac pro spécialisé dans le domaine de la production ou du commerce, ou encore un BTS ou une licence pro.

Bon à savoir : il n'est pas obligatoire de détenir un diplôme dans ce domaine pour ouvrir un primeur. Toutefois, des connaissances poussées sur les fruits et légumes sont indispensables pour apporter un service de qualité à ses clients. 

Le CQP "vendeur-conseil primeur", idéal pour se reconvertir

L'Association pour le développement du paritarisme (ADP) en partenariat avec la Commission paritaire nationale de l'emploi (CPNE) du commerce de détail des fruits et légumes, épicerie et produits laitiers délivre une certification appelée CQP "Vendeur-conseil primeur". Cette certification est reconnue par la branche professionnelle de la distribution de fruits et légumes et permet de valider les compétences nécessaires pour exercer le métier de primeur.

Le CQP "Vendeur-conseil primeur" est accessible aux professionnels par la voie de la formation professionnelle continue ou de l'apprentissage. Pour obtenir la certification, il faut valider l'ensemble des épreuves théoriques et la partie pratique professionnelle en entreprise.

Les compétences validées par le CQP "Vendeur-conseil primeur" incluent le conseil aux clients sur les fruits et légumes et la relation client dans le point de vente, la mise en valeur des fruits et légumes, la vérification du bon état marchand de l'espace de vente et la gestion des stocks, la vente et la relation client dans le point de vente, ainsi que les normes de qualité, d'hygiène et de sécurité alimentaire, ainsi que les normes de respect de l'environnement (QHSE).

Quel budget prévoir pour ouvrir un commerce primeur ?

Le coût d'ouverture d'un primeur varie en fonction de plusieurs facteurs tels que la taille du magasin, l'emplacement, la sélection de produits, les équipements nécessaires, les frais d'installation, etc. En France, le budget moyen pour l'ouverture d'un primeur se situe entre 23 000€ et 85 000€. Les entreprises atypiques telles que les primeurs ambulants ou les stands sur les marchés peuvent nécessiter moins d'investissement, mais les entreprises haut de gamme dans les grandes villes peuvent coûter beaucoup plus cher.

Ainsi, il est recommandé de réaliser un prévisionnel financier et un business plan avant de se lancer dans un projet d'ouverture de primeur. Ces documents permettent de définir un budget pour l'installation, de mettre en avant les besoins potentiels de financement et de déterminer le potentiel de rentabilité. Ces éléments sont essentiels pour assurer le succès de l'entreprise et pour présenter le projet professionnel aux banques afin d'obtenir un financement.

Télécharger le Livre Blanc Ouvrir un Primeur

Comment devenir un bon primeur ?

Devenir un bon primeur, apprécié de sa clientèle pour ses conseils sûrs et ses produits de qualité, ne s'improvise pas. Voici nos 3 conseils pour devenir le meilleur primeur de votre quartier. 

  • Bien connaitre vos produits

Pour être un primeur compétent, il est primordial de bien connaître les produits proposés sur son étal. Cela implique de connaître en profondeur ses fournisseurs et d'avoir une connaissance approfondie du milieu agricole et de la vente en gros. Afin d'offrir un conseil efficace aux clients, le primeur doit être informé de la provenance des fruits et légumes, de leur mode de culture, des normes appliquées, etc.

En outre, il est essentiel de connaître parfaitement votre secteur d'activité, pour négocier les produits achetés en gros au meilleur prix. Le primeur doit donc avoir une excellente perception du milieu agricole et du marché du fruit et légume frais en général, au-delà même des fruits et des légumes en eux-mêmes.

  • Savoir conseiller vos clients

Comme tous les vendeurs, le primeur doit s'adapter à son environnement. Les préférences des clients varient considérablement, certains préférant les fruits et légumes locaux non traités, tandis que d'autres recherchent des fruits exotiques rares en France.

Pour conseiller efficacement les clients, il est crucial de bien sélectionner les produits en fonction de la clientèle et de la stratégie commerciale. Le primeur compétent doit être en mesure de recommander un produit pour un plat particulier et de donner des conseils sur la façon de le préparer ou de le déguster. Il doit également informer ses clients sur les degrés de maturité des fruits et légumes proposés, pour permettre à ses clients de les consommer au moment où ils seront le plus savoureux.

En agissant ainsi, le primeur pourra se démarquer de la concurrence et fidéliser sa clientèle.

  • Savoir vendre les bons produits

Le primeur a la possibilité de vendre des légumes et des fruits frais transformés, en plus des produits bruts. En tant que spécialiste de l'alimentation, le primeur inspire facilement confiance aux clients en ce qui concerne la fraîcheur des produits transformés. Par conséquent, il peut proposer des soupes, des bols de légumes déjà coupés ou des salades de fruits, par exemple.

En utilisant la magie de la présentation pour faire déguster les produits d'abord par les yeux, le primeur peut offrir une expérience unique à ses clients, en plus de satisfaire leurs papilles.

Pour rappel, vous êtes tenus de respecter en toutes circonstances la réglementation du commerce sur les fruits et légumes (décret 55.1126 du 19 août 1955) : ceux-ci doivent être frais, sains, entiers, et à un stade suffisant de maturité pour pouvoir être vendus à vos clients. 

Article complémentaire: Primeur : le point sur votre mutuelle