Comment se protéger face au cancer du col de l'utérus ?
MAPA, l'assureur dédié aux professionnels de l'alimentaire
111 ans d'engagement

Cancer du col de l’utérus : pensez à la vaccination !

Publié le 10 juin 2015 - Modifié le 15 février 2022 Par Camille Crespel

cancer col utérus

Le virus

Le Papillomavirus Humain touche près de 70% des femmes au cours de leur existence. Il se transmet lors de rapports intimes. Pour la grande majorité des cas, ce virus très répandu est naturellement éliminé par notre organisme. Néanmoins, il peut également entraîner le développement de cellules anormales. Celles-ci peuvent parfois évoluer vers un cancer du col de l’utérus après une dizaine d’années.

Où se situe le col de l'utérus ?

Le col est situé dans la partie la plus basse de l’utérus, celle en contact avec le vagin. La jonction entre la partie externe du col (exocol) et la partie interne (endocol) est une zone très fragile. C’est ici que se développent la plupart des cancers du col de l’utérus.

Qu'est-ce qui provoque le cancer du col de l'utérus ?

Le cancer du col de l’utérus est déclenché par des virus nommés Papillomavirus Humains (HPV). Ils en existent de nombreux types sans danger mais certains d’entre eux sont à l’origine du développement de cellules anormales. Si elles ne sont pas détectées assez rapidement, ces cellules peuvent évoluer en cancer. Dans la majorité des cas, ce processus s’opère au cours d’une dizaine d’années. Malheureusement, il arrive que le cancer se développe plus rapidement.

Comment détecter le cancer du col de l'utérus ?

Il n’existe qu’une manière de dépister le cancer du col de l’utérus : le frottis cervico-vaginal ou frottis. Il s’agit d’un examen gynécologique permettant de détecter la présence de cellules anormales ou de cancer au niveau du col de l’utérus. Il est important de réaliser cet examen régulièrement : plus les anomalies sont dépistées rapidement, plus les chances de les traiter sont grandes.

L’ANAES (Agence Nationale d’Accréditation et d’Evaluation en Santé) recommande que le frottis cervico-vaginal soit réalisé à partir de 25 ans et jusqu’à 65 ans, tous les 3 ans après deux frottis normaux effectués à 1 an d’intervalle.

Comment se protéger ?

Les Papillomavirus Humains sont courants et touchent aussi bien les femmes que les hommes. Ils se transmettent par contact intime génital avec un partenaire porteur du virus. Il est donc conseillé de se protéger dès l’adolescence ou au début de la vie sexuelle (entre 15 et 24 ans).

 - Le préservatif : bien qu’il n’apporte pas une protection totale contre le Papillomavirus Humain, il réduit la transmission et protège efficacement contre les IST (Infections Sexuellement Transmissibles).
 - Le vaccin : il prévient 90 % des infections à papillomavirus humains (HPV) qui sont responsables de 8 cancers. La vaccination est ouverte dès 11 ans jusqu'à 19 ans pour les filles ET les garçons. De 11 à 14 ans, le vaccin est efficace au bout de deux doses. De 15 à 19 ans, il faut trois doses pour une vaccination efficace. Pour les hommes qui ont des relations sexuelles avec d'autres hommes, la vaccination peut être étendue jusqu'à 26 ans.
 - Le test de dépistage cervico-utérin : plus communément appelé frottis, il permet de prévenir les cancers du col l'utérus en détectant la présence d'une anomalie qui s'est développée au niveau du col de l'utérus après une infection par le papillomavirus humain. Il est recommandé de le faire régulièrement pour toutes les femmes âgées de 25 à 65 ans même en étant vaccinées contre les HPV.

Combien coûte le vaccin ?

Chaque vaccin coûte un peu plus d'une centaine d'euros. Le vaccin est remboursé à 65 % par l'Assurance Maladie. Le reste peut être remboursé complétement ou en partie par votre complémentaire santé.