Poster des photos de vos enfants mineurs sur les réseaux sociaux n'est pas sans risques

Publié le 14 avril 2017 - Modifié le 18 octobre 2017

Maman entrain de prendre un selfie avec son bébé

Quoi de plus naturel que de vouloir partager vos bons moments en famille avec vos proches ?

Pour « communiquer » et donner à voir ces instants de vie, vous utilisez peut-être Facebook. Le réseau social n’est pas vraiment le meilleur endroit pour partager sans filet les photos de vos enfants. Quelques précautions s’imposent.

Du simple partage, à l’exposition de la vie privée

Un nouveau mot a fait son apparition pour désigner cette tendance de certains parents à tout partager, le « sharenting », contraction en anglais de « to share », partager, et « parenting », être parent. Un acte plein de bonne volonté, qui n’a pas pour intention de nuire (en règle générale). Sauf quand l’enfant découvre, plus tard, que sa vie privée est exposée, parfois à des inconnus, dans des détails assez poussés. Premier biberon, premiers pas, première dent, week-end chez les grands-parents, anniversaire. Les livres photos d’hier sont remplacés par les albums sur Facebook.

Les droits des enfants face aux images d’eux sur les réseaux sociaux

Regardons ce que dit la loi sur le point précis du partage d’images réalisées dans le cadre privé. D'après l'article 226-1 du Code pénal, toute personne qui partage une photo d'un individu prise dans un lieu privé, et ce sans son consentement, est passible d'une peine de prison (une année) et de 45 000 € d'amende. Les enfants ne sont pas en âge de donner leur consentement. Ainsi, l'article 9 du Code civil précise que les parents sont les responsables légaux des enfants, et donc les garants de leur droit à l’image.

Les enfants peuvent décider, à leur majorité, de faire retirer les images sur lesquelles ils apparaissent. C’est le cas d’une jeune femme autrichienne, entrée en guerre contre ses parents, au motif que les photos partagées sur Facebook étaient nuisibles et pouvaient la ridiculiser.

Contrôler la portée des publications

Le sujet de la publication d’images de mineurs sur Facebook n’est pas un sujet léger. La preuve, la Gendarmerie Nationale a pris la parole sur ce thème, expliquant qu’il est « important de protéger la vie privée des mineurs et leur image sur les réseaux sociaux. Parfois, les bons moments méritent d'être « juste » partagés dans la vraie vie ! ». Pour éviter que les images ne tombent entre les mains de personnes malintentionnées, ne soient détournées, utilisées, manipulées, quelques consignes de prudence s’imposent :

  • Limitez la portée de vos publications, en choisissant par exemple de rendre les images visibles uniquement de vos amis, ou mieux, d’un groupe d’amis, que vous définissez ;
  • N’utilisez pas de tags (mots clés) destinés à doper la visibilité d’un statut. Là encore, si votre idée est de partager des images avec vos proches, pas la peine de rajouter ces mots clés qui vont permettre de toucher potentiellement tous les utilisateurs du réseau ;
  • Enfin, demandez le retrait d’une image que vous trouvez dérangeante pour votre enfant, si celui-ci est ridiculisé ou moqué.

La loi évolue sans cesse pour plus de protection, et le droit à l'effacement numérique grâce au règlement européen sur la protection des données personnelles protège les enfants. Utilisez vos droits, et protégez vos enfants en limitant leur exposition face aux inconnus.