Logo MAPA Assurances
L'assureur dédié aux professionnels de l'alimentaire

Coronavirus : initiatives des commerces alimentaires pour maintenir leur activité

Publié le 8 avril 2020 - Modifié le 17 avril 2020 Par Mélina Cordier, Cédric Roirand

Commerçant livre un client mesures de protection coronavirus
  1. Mesures et bonnes pratiques pour maintenir l’ouverture de votre commerce alimentaire
  2. Initiatives originales et solidaires pour poursuivre votre activité alimentaire
  3. Adopter des bonnes pratiques en matière de communication
  4. Les conseils de la Mapa

 
 

Dans une interview pour RTL1, le président de l’Union des entreprises de proximité (U2P), Alain Grisset n’a pas caché son inquiétude quant aux répercussions du coronavirus et de la mise en arrêt forcé de nombreuses entreprises en France.

La crise du Covid-19 et les mesures de confinement ont des répercussions conséquentes sur les près de 600 000 commerces de proximité2 que compte l’hexagone. Avec 4 millions de salariés actuellement concernés par le chômage partiel selon la ministre du travail Muriel Pénicaud, dont 6 sur 10 dans de petites entreprises, les commerces alimentaires sont en première ligne.

Bien qu’autorisés à poursuivre leur activité3, les professionnels des métiers de bouche (boulangeries, boucheries, épiceries, etc.) sont particulièrement impactés, tout comme les restaurants qui ont fermé leurs portes depuis la mi-mars. Réorganisation interne, salariés en arrêt de travail, chômage partiel, autres mesures officielles, gestes barrière…, tous doivent adopter de nouveaux comportements et rivaliser d’astuces pour maintenir leur activité. De nombreuses initiatives voient le jour, un peu partout en France, pour permettre à ces petites entreprises de vendre leurs produits.

  

Mesures et bonnes pratiques pour maintenir l’ouverture de votre commerce alimentaire

Afin de soutenir les entreprises impactées par la crise du Covid-19, un dispositif d’aide et d’accompagnement a été mis en place par le gouvernement. Toutes les mesures mobilisables par les entreprises sont expliquées dans notre article dédié

Avec l’aide d’experts, le ministère du Travail a mis en place une plateforme recensant les bonnes pratiques par secteur d’activité pour assurer la sécurité et la santé des travailleurs notamment.

 

Fiches conseil métiers face au Covid-19 : 

 

Par ailleurs, d’autres sites donnent des astuces aux commerces de proximité et à des métiers spécifiques tels que le guide boucherie.

Initiatives originales et solidaires pour poursuivre votre activité alimentaire

Que votre commerce alimentaire soit ouvert ou fermé, il est possible de poursuivre l’activité et de continuer à faire profiter vos clients de vos savoir-faire grâce à plusieurs initiatives, comme le prouvent plusieurs projets qui voient le jour en France et ailleurs.

 

Des livraisons groupées, à domicile ou click & collect

Les livraisons à domicile restent autorisées ainsi que les livraisons de colis, dès lors qu’elles se font sans contact et dans le strict respect des mesures générales de prévention de la propagation du virus et de protection des personnes qui manipulent ces colis4.

Aussi, de nombreux commerçants, qui ne disposaient pas de moyens propres pour assurer la livraison de leurs produits, ont-ils décidé de se regrouper et de créer une véritable chaîne de solidarité, à l’instar de ces huit commerçants de Menton. « Nous mettons les produits en commun dans une cagette et nous livrons à tour de rôle, sans frais supplémentaires ni montant minimum »5. Certains commerçants réservent notamment ces livraisons aux personnes vulnérables qui n’ont pas la possibilité de se déplacer, là encore en mutualisant leurs moyens. Pour pallier le coût que génère la livraison à domicile, des commerçants demandent aux clients un panier minimum.

De leur côté, plusieurs restaurants, contraints de fermer leur établissement, proposent des livraisons à domicile. D’autres fournissent à leurs clients des menus à emporter, à finaliser à la maison. A Biarritz, le chef de L’impertinent, a ainsi mis en place un menu à 25€ à emporter avec des plats pré-préparés et pré-proportionnés. Aux clients ensuite d’achever la préparation6. D’autres encore ont diversifié leur clientèle en préparant des repas pour les hôpitaux et en lançant des cagnottes en ligne pour acheter la matière première.

Le service click & collect appelé aussi "drive commerce", s'est largement démocratisé pendant cette période de confinement. Le principe de ce service est relativement facile, le client passe commande chez son commerçant, généralement via une application, avant de venir retirer ses achats sur place. 

Il existe plusieurs plateformes qui proposent des solutions de click & collect et de livraison pour les commerces de proximité :

 

De nouveaux moyens de paiement à la disposition des commerçants et artisans

Début mars, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommandait le paiement sans contact, barrière efficace pour éviter d’éventuelles contaminations. Mais à ce jour, le plafond de chaque paiement est plafonné à 30 euros en France. Pour y remédier, plusieurs solutions de paiement sans contact existent sans limitation du montant d’achat. En tant que commerçants, si vous êtes équipé d’un terminal de paiement compatible avec le sans contact, vous pouvez proposer à vos clients de régler via Apple Pay sur iPhone, Google Pay sur Android.

Par ailleurs, plusieurs applications de paiement mobile sont également disponibles comme Paylib sous Android, Samsung Pay, Lydia ou encore Lyf Pay, une application gratuite et sécurisée. Cette dernière permet des paiements sans contact, à distance ou en proximité, via l’envoi par email ou SMS d’un lien de paiement sécurisé. Elle permet aux professionnels d’encaisser immédiatement. Une offre pertinente pour les commerces de bouche.

Plus simplement, proposez, comme bon nombre de commerçants, de passer commande par téléphone et de régler à distance par téléphone par carte bleue.

 

Des bons d’achat et cagnottes pour votre trésorerie et pour anticiper la reprise d’activité

Sous l’impulsion de particuliers ou d’associations ou de commerçants, plusieurs initiatives ont vu le jour depuis la crise du coronavirus. Ainsi, un nazairien a-t-il eu l’idée de lancer la plateforme soutien-commercants-artisans.fr pour soutenir la trésorerie des commerçants et artisans. L’idée est simple et est soutenue par la MAPA : permettre aux clients de commander sous forme de bons d’achat et de recevoir la commande une fois le confinement terminé. Une solution qui peut notamment aider les commerces fermés. Des cagnottes ont également vu le jour pour venir en aide aux commerçants, artisans, producteurs.

Les particuliers tout comme les entreprises peuvent y contribuer :

 

Pour en bénéficier, les commerces doivent s’inscrire afin de devenir partenaire de l’opération.

 

Adopter des bonnes pratiques en matière de communication

Rendre visible votre commerce alimentaire sur internet

Dans cette période de confinement, garder le lien avec votre clientèle est primordiale. 

  • Si votre commerce est fermé, veillez à rester joignable en activant par exemple le transfert d’appel de votre téléphone fixe vers un numéro mobile.
  • Si votre commerce est ouvert, pensez à actualiser vos horaires, à préciser si vous proposez des nouveaux services/prestations (livraison, créneaux réservés aux personnes vulnérables…) sur vos différents outils : fiche Google My Business, page Facebook, site internet, etc.

Des cartes qui recensent les commerces et restaurateurs toujours en activité

De même, inscrivez votre commerce sur les cartes interactives qui permettent aux clients de connaître les commerces de proximité ouverts. Voici quelques exemples :

Rapprochez-vous de votre mairie pour savoir si une carte interactive a été mise en place dans votre ville.

 

Digitaliser votre commerce

Selon une enquête réalisée du 23 au 25 mars auprès de 136 sites par la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), 18% des sites marchands ont vu leur chiffre d’affaires augmenter avec une forte hausse enregistrée dans l’alimentaire. L’accélération de la transformation digitale des commerces alimentaires devient une priorité. Afin de faciliter la vente en ligne, le paiement ou la livraison pour les commerces de proximité, le secrétariat d’État chargé du Numérique et le secrétariat d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances ont rendu publiques les offres, gratuites ou préférentielles, recueillies auprès d’entreprises de l’e-commerce. Elles sont réunies au sein d’un guide pratique à destination des artisans et commerçants sur la plate-forme France Num .

Pour les artisans et commerçants qui n’ont pas la possibilité ou le temps de mettre en place un site e-commerce pendant la crise du coronavirus, des plateformes numériques ont vu le jour sur l’ensemble de l’hexagone. 

Initiées par des acteurs variés (commerçants, conseils régionaux…), ces plateformes offrent la possibilité aux clients de faire leurs courses en ligne chez les commerçants de leur secteur et d’être livrés à domicile ou au travail. Quelques exemples de plateformes :

Rapprochez-vous de votre Chambre des métiers et de l’artisanat pour savoir si une plateforme identique existe près de votre commerce.

 

Les conseils de la Mapa

Si votre commerce est ouvert au public, vous pouvez réserver des créneaux horaires aux personnes vulnérables. Dans ce cas, indiquez-le sur votre porte d’entrée et sur vos outils de communication (page Facebook, site internet…). 

Si vous ne pouvez pas livrer, proposez une sorte de drive avec commande par téléphone et paiement par CB. Vous pouvez également mettre à disposition de vos clients, l’attestation de déplacement dérogatoire pour leur simplifier la tâche. Rapprochez-vous des autres commerçants de la ville ou de votre mairie pour savoir si des initiatives solidaires locales ont été mises en place. 

Si vous le pouvez, profitez de la crise pour digitaliser votre commerce ou pour vous former

Renseignez-vous sur les dispositifs d’aide qui vous permettront de faire face à la crise. 

Enfin, veillez à adapter vos stocks, votre productivité voire vos produits aux nouvelles demandes des clients.

 

1 Source : https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/coronavirus-les-commercants-craignent-de-perdre-leur-entreprise-dit-alain-griset-7800350517

2 commerces de proximité (hors restaurants) selon l’Insee : commerces d’alimentation général, supérettes, boulangeries-pâtisseries, cafés-tabacs, etc.

3 Arrêté du 15 mars complétant l’arrêté du 14 mars portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19 : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=0988773243DDED4434CBFE85C9B0A44A.tplgfr36s_2?cidTexte=JORFTEXT000041723302&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000041723291

4 Mesures pour protéger la santé des salariés face au virus : https://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/covid19_obligations_employeur.pdf

5 Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/alpes-maritimes/menton/coronavirus-belles-initiatives-commerces-alimentaires-alpes-maritimes-1802288.html

6 Source : https://www.lhotellerie-restauration.fr/journal/restauration/2020-03/coronavirus-des-initiatives-a-suivre.htm