Le diagnostique de performance énergétique

Publié le 10 juin 2015 - Modifié le 22 juillet 2015

diagnostic performance énergétique obligatoire

En cas de vente immobilière : "Depuis le 01/11/2006, le DPE (Diagnostic de Performance Énergétique) est obligatoire pour tout bien immeuble sur le territoire métropolitain, quelle que soit la destination du bien ou le propriétaire de l'immeuble" décret n°2006-1147 14/09/2006.

En cas de location immobilière : "Depuis le 01/07/2007, le DPE (Diagnostic de Performance Énergétiques) est obligatoire concernant tous les nouveaux contrats de location à l'exception des locations saisonnières et des baux ruraux" article L134-3-1 du Code de la Construction et de l'Habitation.

Depuis le Plan Bâtiment du Grenelle Environnement, le DPE permet la comparaison de la consommation énergétique des logements, selon des normes et des standards.

Les bailleurs ou les vendeurs doivent produire un DPE location ou un DPE vente, établis par un diagnostiqueur certifié en immobilier, seul habilité à produire le bilan des consommations énergétiques d'un bâtiment.

Ce diagnostic est produit sur une étiquette énergie, jointe au contrat de location ou de vente, qui en permet la lecture simplifiée.

Le DPE est représenté sous forme de graphique simple et rapide à la lecture : la classe A correspond aux bâtiments les plus économes énergétiquement et la classe I les moins économes. Dès lors que le bâtiment entre dans la catégorie D on peut dire que le Diagnostic de Performance Energétique est bon. Pour atteindre la catégorie D il existe de nombreuses solutions en économie d'énergie parfois simples à mettre en place.

LES ÉCONOMIES D'ÉNERGIE

Les travaux de rénovation permettant les économies d'énergies seront d'ampleurs différentes, selon qu'il s'agisse de chauffage, d’isolation ou d'énergies renouvelables.

Optimisation du chauffage :

 - Changement de la chaudière pour une des dernières générations (à condensation, à basse température, à production d'eau chaude).
 - Aménagement de la cheminée en foyer fermé, plus performant qu'un joli feu de bois.
 - Installation d'un poêle à bois, écologique et esthétique, à granulés.
 - Remplacement des radiateurs classiques par des radiateurs à chaleur douce.

Travaux d'isolation :

 - La toiture et ses combles représentent 25 à 30% des déperditions énergétiques.
 - Les murs et les planchers, une fois isolés, permettent de réaliser 10 à 25 % d'économie.
 - Les fenêtres, quant à elles, représentent 15% de chaleur perdue.

Énergies renouvelables :

 - Les pompes à chaleur aérothermiques et géothermiques captent les calories extérieures,  afin de les restituer en eau ou en air, à l'intérieur de l'habitation.
 - Les panneaux solaires, installés sur le toit plein sud,  peuvent fournir jusqu'à 50% des besoins  en chauffage et  en eau chaude.