MAPA Assurances - Mutuelle d'assurance

Spécialiste des métiers de bouche

Espace Perso

DOSSIER : On ne badine pas avec sa santé !

Publié le 10 juin 2015 - Modifié le 22 juillet 2015

santé médicaments

Vous veillez à entretenir votre voiture, à aérer votre maison et à cultiver votre jardin mais avez-vous le réflexe de préserver votre santé ?
Notice, vignettes, date de péremption, automédication, êtes-vous certain de tout connaître ?

Gare aux médicaments périmés !

Il est important de ne pas minimiser les dangers d'un médicament périmé. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, même périmé, un médicament peut encore contenir des principes actifs qui risquent de polluer les eaux et l'environnement s'ils ne sont pas détruits correctement !
 - Bannissez le réflexe « lavabo, toilettes ou ordures ménagères » et préférez votre pharmacien. Celui-ci est dans l'obligation de reprendre vos médicaments périmés.
 - Pensez à vérifier votre armoire à pharmacie une à deux fois par an afin d'éliminer les médicaments qui ne seraient plus bons à la consommation.

Pensez à la notice trop souvent oubliée

Bien souvent oubliée au fond de la boîte ou pire, au fond de l'armoire à pharmacie, la notice d'un médicament est une source indispensable d'informations ! Sa lecture peut vous apporter de précieux conseils sur :
 - la prise du médicament,
 - les effets indésirables,
 - les indications en cas d'allergie,
 - les contre-indications dans le cas d'interactions médicamenteuses.

Prenez garde à la date de péremption

La date de péremption indiquée sur les boîtes de médicament n'est pas à prendre à la légère. Un médicament périmé peut s'avérer inefficace voire dangereux pour votre santé. Généralement indiquée sur l'emballage pour la majorité des médicaments, la date de péremption peut également être renseignée sur la notice dans le cas des sirops, sprays buccaux, collyres, etc.
Pour ce type de médicament, il est important de porter aussi attention aux conditions de conservation après ouverture.

Les vignettes : les codes couleurs expliqués

Blancs, bleus, orange, les types de médicaments sont repérables par leur vignette de couleur. Chaque couleur correspond à un niveau d'efficacité et un niveau de prise en charge par la Sécurité Sociale.

Les médicaments à vignette orange
Médicaments dont l'efficacité est jugée insuffisante selon le SMR (Service Médical Rendu) et remboursés à 15% par la Sécurité Sociale.

Les médicaments à vignette bleue
Médicaments dont l'efficacité est jugée modérée selon le SMR (Service Médical Rendu) et remboursés à 30% par la Sécurité Sociale.

Les médicaments à vignette blanche
Médicaments dont l'efficacité est jugée irremplaçable voire coûteuse selon le SMR (Service Médical Rendu) et remboursés à 100% par la Sécurité Sociale.

Les médicaments homéopathiques quant à eux sont remboursés à 35% par la Sécurité Sociale.

Automédication : la prudence est requise

Beaucoup d'entre nous avons le réflexe « automédication » lorsque nous sommes confrontés aux petits désagréments du changement de saison ou de l'arrivée de l'hiver... Pourtant, tout médicament ne doit pas être pris de manière aventureuse.
 - Lisez impérativement la notice avant de prendre un médicament,
 - Respectez les doses maximales indiquées sur les boîtes de médicament,
 - Limitez l'automédication aux adultes. Si votre enfant est malade, consultez votre médecin,
 - Si vous suivez un traitement pour une maladie chronique, consultez votre médecin.

Le dangereux business du médicament en ligne

Rechercher des médicaments sur Internet, les acheter à prix bas et se faire livrer en toute discrétion : voici le nouveau « crédo » des derniers sites Internet qui proposent la vente de médicaments en ligne. Considérés comme illégaux et dangereux par la législation française, ces sites frauduleux ne sont pas aussi sûrs qu'ils en ont l'air...
 - Aucun médicament acheté sur ces sites n'est pris en charge par la Sécurité Sociale,
 - Il est impossible de connaître l'origine exacte des produits vendus,La majorité des médicaments s'avèrent inactifs voire toxiques,
 - Les laboratoires qui les fabriquent ne sont pas toujours brevetés ou les médicaments contrôlés.