MAPA Assurances - Mutuelle d'assurance

Spécialiste des métiers de bouche

Espace Perso

Entre pros : Jeune installé ou expérimenté, ils ont réussi. La recette ? Le produit frais, la qualité…

Publié le 22 décembre 2015 - Modifié le 13 mars 2017

Food truck ouvert à la clientèle et prêt à servir.

Après un licenciement économique, Denis CHAUVET se lance à son compte en mars dernier. Son projet ? La restauration en Food-Truck. Le concept ? Le burger fait maison...

Pourquoi avoir créé Food Trotter ?

Denis Chauvet : J’ai tout d’abord travaillé sur un projet de reprise d’un restaurant dans mon village qui s’avérait hors de ma portée. L’idée du food-truck était un excellent compromis pour moi qui souhaitais avoir un contact avec les clients, communiquer avec eux, tout en leur préparant leurs repas. Et puis, je voulais faire du snack de qualité, alors j’ai choisi le burger qui était dans l’air du temps.

Qu’ont de particulier vos burgers ?

Ce qui fait la différence, ce sont les produits frais. Je vais chercher les petits pains préparés chaque jour par un boulanger, les légumes et les steaks sont frais. J’ai travaillé le concept jusqu’au bout avec un ami cuisinier qui, dans le cadre d’une préparation d’un BTS, était intéressé par mon projet de création. Nous avons donc testé les recettes, fait les estimations pour les prix de revient. Je me suis également formé pendant un peu plus de deux mois avec la BGE, le réseau d’aide à la création d’entreprises. Étude de marché, recherche du statut, compta… Sans cette formation je n’aurais pas pu monter mon projet.

Comment se sont passés les débuts ?

Les premiers services, c’est le gros stress. On n’a pas ses repères, on cherche le matériel, on s’inquiète de savoir si cela va plaire… Et puis, après quelques semaines, tout va mieux : on change deux ou trois choses dans le camion pour que tous les gestes soient plus pratiques, on ajoute une friteuse pour que cela fonctionne plus vite, on varie les menus avec des pâtes, des salades pour l’été, et on change aussi les emplacements du food-truck pour garder une bonne clientèle. Les week-ends, je suis appelé sur des événements : anniversaires, repas de famille, lendemains de mariage, festivals en plein air… Je peux préparer jusqu’à 200 couverts pour une soirée !

Pensez-vous déjà à l’avenir ?

En fait, je n’arrête pas de penser à plus tard. Pourquoi pas acquérir un autre camion, développer une petite franchise, ou même instaurer un système de livraison à domicile… Dans tous les cas, je resterai sur ce concept : travailler des produits frais, locaux, pour un produit fini de qualité.