webleads-tracker

L’éthylotest revu et corrigé façon 2.0 

Publié le 5 septembre 2016 - Modifié le 21 juin 2017

Panneau d'interdiction de conduire après avoir bu de l'alcool

Les attentes des Français sont fortes en matière de santé connectée. Bien que l’inquiétude relative à la confidentialité des données demeure, plus de 7 Français sur 10 se disent favorables au développement de ces dispositifs.

Aujourd’hui, nous pouvons traquer nos performances sportives, surveiller notre taux de glycémie en temps réel ou encore optimiser la qualité de notre sommeil… et tout ça, depuis notre Smartphone. Et il semblerait que la tendance à la e-santé aille crescendo dans les années à venir. Pour preuve, des chercheurs américains se sont attaqués à un domaine encore inexploité : mesurer notre taux d'alcoolémie.

Un pas (digital) de plus vers la prévention

Les chercheurs de l’université de San Diego ont en effet imaginé un biocapteur portable, qu’ils présentent comme plus fiable que notre célèbre éthylotest. Le dispositif prend la forme d’un patch. Apposé sur la peau, celui-ci provoque une légère sudation. Au contact de la sueur libérée, l’enzyme enrobant les électrodes du patch réagit avec l’alcool présent. Cette réaction chimique génère ainsi un signal électrique traduisant la présence (ou non) d’alcool et en quelle quantité. Recueillie par le circuit électronique lié au patch, cette information est ensuite communiquée sur Smartphone via Bluetooth. Il suffit donc au porteur de positionner le patch sur son bras pour obtenir en quelques minutes sa concentration d’alcool dans le sang.

Au delà d’une utilisation personnelle, les chercheurs américains imaginent déjà cet « éthylotest de peau » aux côtés des agents de police et des médecins pour permettre un suivi continu et en temps réel.